Dans son avis, auquel une trentaine d'experts ont participé, le CSS distingue plusieurs types de régime végétarien qui s'étendent du végétarisme, excluant un certain nombre d'aliments d'origine animale (viande, volaille, poisson,...), au véganisme, uniquement à base de produits d'origine végétale. "Une alimentation à base de végétaux présente de nombreux avantages pour la santé", entame le CSS. Cependant, "plus une alimentation est restreinte, plus le risque de déficit nutritionnel et d'exposition à l'une ou l'autre substance toxique augmente. Les personnes qui ont éliminé tout aliment d'origine animale (y compris le poisson, les oeufs, le lait, etc.) et leurs dérivés (huiles de poisson, fromages, etc.) et qui concentrent leurs choix sur une gamme limitée de végétaux sélectionnés sans prendre de compléments alimentaires, sont à risques élevés de carence, surtout en période de croissance rapide", souligne l'organisme.

En cas de régime végétarien, le CSS recommande dès lors une diversification accrue de l'alimentation ainsi que de bonnes associations. Les personnes qui choisissent ce type d'alimentation devraient opter pour une consommation plus fréquente de légumineuses (dont le soja), d'oléagineux, de céréales complètes, d'oeufs oméga 3 et d'huile de colza ou de noix, de produits laitiers, d'aliments enrichis, etc., conseille l'organisme.

Le CSS attire également l'attention sur les risques d'une alimentation de type végane, "trop restrictive pour les nourrissons et enfants de moins de trois ans ainsi que pour les femmes enceintes et allaitantes", avertit-il. En résumé, si pour une population d'adultes en bonne santé plus aucun obstacle ne peut s'opposer à une alimentation végétarienne peu restrictive, certains groupes présentant des besoins spécifiques et les personnes ayant les restrictions les plus importantes (véganisme) doivent bénéficier de conseils par des professionnels de santé compétent afin d'adapter au mieux leurs apports alimentaires à leurs besoins, conclut le CSS.

Dans son avis, auquel une trentaine d'experts ont participé, le CSS distingue plusieurs types de régime végétarien qui s'étendent du végétarisme, excluant un certain nombre d'aliments d'origine animale (viande, volaille, poisson,...), au véganisme, uniquement à base de produits d'origine végétale. "Une alimentation à base de végétaux présente de nombreux avantages pour la santé", entame le CSS. Cependant, "plus une alimentation est restreinte, plus le risque de déficit nutritionnel et d'exposition à l'une ou l'autre substance toxique augmente. Les personnes qui ont éliminé tout aliment d'origine animale (y compris le poisson, les oeufs, le lait, etc.) et leurs dérivés (huiles de poisson, fromages, etc.) et qui concentrent leurs choix sur une gamme limitée de végétaux sélectionnés sans prendre de compléments alimentaires, sont à risques élevés de carence, surtout en période de croissance rapide", souligne l'organisme. En cas de régime végétarien, le CSS recommande dès lors une diversification accrue de l'alimentation ainsi que de bonnes associations. Les personnes qui choisissent ce type d'alimentation devraient opter pour une consommation plus fréquente de légumineuses (dont le soja), d'oléagineux, de céréales complètes, d'oeufs oméga 3 et d'huile de colza ou de noix, de produits laitiers, d'aliments enrichis, etc., conseille l'organisme. Le CSS attire également l'attention sur les risques d'une alimentation de type végane, "trop restrictive pour les nourrissons et enfants de moins de trois ans ainsi que pour les femmes enceintes et allaitantes", avertit-il. En résumé, si pour une population d'adultes en bonne santé plus aucun obstacle ne peut s'opposer à une alimentation végétarienne peu restrictive, certains groupes présentant des besoins spécifiques et les personnes ayant les restrictions les plus importantes (véganisme) doivent bénéficier de conseils par des professionnels de santé compétent afin d'adapter au mieux leurs apports alimentaires à leurs besoins, conclut le CSS.