"C'est la première fois dans l'histoire de la politique de l'UE relative à l'alimentation que nous proposons un programme de mesures complet, pour toutes les étapes de la production d'aliments", a indiqué la commissaire à la Santé et la sécurité alimentaire Stella Kyriakides, en introduction de la conférence de presse de l'exécutif européen.Les stratégies comprennent des dizaines d'actions concrètes "pour transformer notre système alimentaire", dans un esprit faisant du durable "une stratégie de croissance", a-t-elle résumé.

Il est notamment question de réviser la législation européenne encadrant l'usage de pesticides dans l'agriculture, de pousser à une part plus importante du bio ou encore d'introduire à moyen terme un label harmonisé à l'échelle européenne, relatif à la qualité nutritionnelle des aliments, pour les emballages, ajoute la Commission européenne.

"Il faut renforcer le droit au choix" du consommateur, a souligné de son côté le vice-président exécutif Frans Timmermans, en charge du Pacte vert européen. "Des citoyens mieux informés (entre autres sur la qualité de leur nourriture, donc) sont des citoyens plus forts, créant une société plus forte". Au centre de la stratégie sur la biodiversité, on retrouve l'objectif d'améliorer la résilience du continent européen, ce qui devrait aussi l'aider face à d'éventuelles futures pandémies, ont indiqué les commissaires.

"C'est la première fois dans l'histoire de la politique de l'UE relative à l'alimentation que nous proposons un programme de mesures complet, pour toutes les étapes de la production d'aliments", a indiqué la commissaire à la Santé et la sécurité alimentaire Stella Kyriakides, en introduction de la conférence de presse de l'exécutif européen.Les stratégies comprennent des dizaines d'actions concrètes "pour transformer notre système alimentaire", dans un esprit faisant du durable "une stratégie de croissance", a-t-elle résumé. Il est notamment question de réviser la législation européenne encadrant l'usage de pesticides dans l'agriculture, de pousser à une part plus importante du bio ou encore d'introduire à moyen terme un label harmonisé à l'échelle européenne, relatif à la qualité nutritionnelle des aliments, pour les emballages, ajoute la Commission européenne. "Il faut renforcer le droit au choix" du consommateur, a souligné de son côté le vice-président exécutif Frans Timmermans, en charge du Pacte vert européen. "Des citoyens mieux informés (entre autres sur la qualité de leur nourriture, donc) sont des citoyens plus forts, créant une société plus forte". Au centre de la stratégie sur la biodiversité, on retrouve l'objectif d'améliorer la résilience du continent européen, ce qui devrait aussi l'aider face à d'éventuelles futures pandémies, ont indiqué les commissaires.