Attristé par le déclin de cette maison de tradition, Rudy Van Lancker, patron de "Chez Léon" depuis 42 ans, a repris la gestion du fonds de commerce en mai dernier après que l'établissement eut fait aveu de faillite en mars.

Reginald Mazin, chef des Armes de Bruxelles © Belga Images

Si l'offre du Bruxellois n'était pas la plus élevée, c'était toutefois la seule qui assurait la reprise de tous les travailleurs, une cinquantaine. Les "Armes de Bruxelles" ne seront pas une extension de "Chez Léon", promet toutefois le fils Van Lancker, Kevin. "Les deux affaires sont distinctes, mais complémentaires." "Chez Léon" restera une enseigne populaire et familiale, tandis qu'en face, la brasserie, anciennement étoilée, visera une clientèle plus exigeante. Pourvu d'un banc d'écailler, l'endroit continuera de proposer une carte qui raconte le terroir belge, avec les moules marinières, les moules à l'escargot - une création de la maison - ou encore le waterzooi des "Armes de Bruxelles".

L'ancienne cuisine a été rasée et refaite pour répondre aux exigences d'hygiène tandis que les salles, qui peuvent accueillir 340 convives au total, ont été rénovées sur base des photos historiques conservées par la famille Veulemans, fondatrice de l'institution.