Figurer au carnet d'adresses d'Eric Martin, chef du Lemonnier, est un privilège qui ne se boude pas. Mais Olivier et Caroline Michel méritent amplement cette prestigieuse fréquentation : à deux, ils signent un restaurant à l'atmosphère campagnarde qui jouit d'une magnifique situation en bord de Lesse. Si Olivier se surpasse en cuisine, Caroline - qui est vétérinaire en dehors de ses heures de service - se charge de la salle avec beaucoup de douceur.

On vient à Lesse Capade pour goûter l'excellente côte à l'os, accompagnée d'une redoutable sauce béarnaise maison, mais également les salades, terrines de gibier, asperges à la flamande et conseils vin confiés en fonction de l'inspiration du moment. De passage au mois d'août ? On ne manque pas de commander le chevreuil "pirché" - comprendre "chassé à l'affût" et donc beaucoup plus tendre dans la mesure où l'animal ne connaît alors pas le stress d'une chasse classique - préparé en papillotes. Sans oublier d'aller voir au bout du jardin les pigeons du chef, colombophile passionné.

155, rue de la Carrière, à 6927 Resteigne. Tél. : 084 34 40 07, www.lessecapade.be Ouvert tous les jours, de midi à 14 h et de 19 h à 22 h (après le 15 août, fermé le mardi et le mercredi).

Figurer au carnet d'adresses d'Eric Martin, chef du Lemonnier, est un privilège qui ne se boude pas. Mais Olivier et Caroline Michel méritent amplement cette prestigieuse fréquentation : à deux, ils signent un restaurant à l'atmosphère campagnarde qui jouit d'une magnifique situation en bord de Lesse. Si Olivier se surpasse en cuisine, Caroline - qui est vétérinaire en dehors de ses heures de service - se charge de la salle avec beaucoup de douceur. On vient à Lesse Capade pour goûter l'excellente côte à l'os, accompagnée d'une redoutable sauce béarnaise maison, mais également les salades, terrines de gibier, asperges à la flamande et conseils vin confiés en fonction de l'inspiration du moment. De passage au mois d'août ? On ne manque pas de commander le chevreuil "pirché" - comprendre "chassé à l'affût" et donc beaucoup plus tendre dans la mesure où l'animal ne connaît alors pas le stress d'une chasse classique - préparé en papillotes. Sans oublier d'aller voir au bout du jardin les pigeons du chef, colombophile passionné.