Mousseux moins onéreux

Pour les fêtes de fin d'année (oui, c'est bientôt), histoire de changer un peu vos habitudes, faites donc l'impasse sur le champagne français pour servir du Sekt germain. C'est-à-dire? Du vin mousseux, mais à base de cépages allemands. Pour être certain que la méthode champenoise a bien été utilisée, il suffit de regarder si l'étiquette mentionne bien Traditionelle ou Klassische Flaschengärung. Dans ce cas, la qualité sera au rendez-vous, mais à un prix plus démocratique que le voisin français.
...

Pour les fêtes de fin d'année (oui, c'est bientôt), histoire de changer un peu vos habitudes, faites donc l'impasse sur le champagne français pour servir du Sekt germain. C'est-à-dire? Du vin mousseux, mais à base de cépages allemands. Pour être certain que la méthode champenoise a bien été utilisée, il suffit de regarder si l'étiquette mentionne bien Traditionelle ou Klassische Flaschengärung. Dans ce cas, la qualité sera au rendez-vous, mais à un prix plus démocratique que le voisin français. Historiquement, le Sekt et le champagne ont beaucoup en commun. Les producteurs du sud-ouest de l'Allemagne et de la Champagne ont toujours eu à coeur de partager leurs connaissances. On le remarque à la consonance allemande de certaines grandes maisons champenoises: Bollinger, Deutz, Mumm ou Krug. Les deux régions partagent également le même climat froid, idéal pour la production de vins mousseux. La petite touche intéressante côté allemand, c'est l'utilisation du chardonnay, du pinot noir et du pinot meunier - comme en France -, mais aussi du riesling, qui apporte une palette olfactive inédite. En Belgique, le Sekt s'installe lentement mais sûrement dans les rayons. Les restaurants commencent également à le suggérer en apéritif. L'importateur anversois Arne De Bruyne, lui, s'y consacre à plein temps via son entreprise baptisée... Vinsekt, où il ne sélectionne que des domaines utilisant la méthode champenoise. Ci-contre, quatre pépites issues de sa gamme.