Les 15 aliments les plus dangereux au monde

© iStock

La noix de Cajou © iStok

On retrouve ces noix dans la plupart de nos apéros, mais elles peuvent se révéler dangereuses quand on les mange crues. Remplies de urushiol, elles doivent être cuites à la vapeur pour être consommées. Cette substance peut provoquer des réactions sur la peau et peut même être fatale à forte dose. Comme vous ne les trouverez pas à l'état naturel en Belgique, vous ne risquez rien.

Le fugu © iStok

Ce poisson est fort apprécié au Japon, mais sa préparation est délicate puisqu'un geste malheureux et ce mets se transforme en poison. Celui qu'on appelle aussi "poisson-globe", car il se gonfle en se gorgeant d'eau lorsqu'il se sent menacé a un foie et des ovaires remplis de tétrodotoxine. Un poison plus puissant que le cyanure qui provoque la mort dans les 4 à 6 heures. En plus, il n'existe aucun antidote. Il y aurait 5 morts par an. Dans d'autres régions du monde, on est plus prudent et on se contente de faire des lanternes du poisson.

Le Casu Marzu © iStok

Le vieux fromage est apprécié dans de nombreux pays. Le Casu va beaucoup plus loin puisqu'il se déguste avec ses larves. Originaire de Sardaigne, ce fromage se mange coulant avec les larves qui se tortillent. Parfois, elles ne sont pas tuées par les sucs gastriques et continuent à pulluler dans l'estomac provoquant diarrhées et douleurs.

L'Hakarl © iStok

L'Hakarl est de la viande de requin pourrie. Une spécialité du Groenland. On laisse le poisson fermenter durant 12 semaines avant de le laisser sécher durant quelques mois. Le mets garde un fumet bien à lui et un goût tranchant. En plus, comme l'animal n'a pas de rein, tous les déchets sont filtrés par la chair. C'est pour cela qu'il faut laisser fermenter la chair et la sécher durant six mois.

La grenouille-taureau © iStok

Cette grenouille est un plat traditionnel en Namibie. Sauf que la bestiole contient des molécules toxiques, particulièrement les plus jeunes d'entre elles. La toxine présente dans le batracien peut détruire le rein.

Le manioc © iStok

Cette racine pousse en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. Chez nous, elle est mieux connue sous sa forme asséchée et sans gluten comme le tapioca. C'est dans sa forme crue que le manioc est moins sympathique. La linamarine présente dans cette racine est transformée en cyanure d'hydrogène. Mal préparé, le manioc peut entrainer une paralysie irréversible ou la mort. Il est donc fortement conseillé de peler et de cuire le manioc avant de le consommer.

Les palourdes de sang © iStok

Le Tegillarca granosa est un mollusque qui vit dans la région Indo-Pacifique de la côte est de l'Afrique du Sud jusqu'au sud de l'Asie et de l'Australie, la Polynésie et le nord du Japon. Elle s'enterre dans le sable ou la boue. Seulement, ce coquillage n'est pas vraiment comestible puisque c'est une véritable éponge à virus et bactéries comme l'hépatite A, le Typhus ou encore la dysenterie.

Le sannakji © iStok

C'est un bébé poulpe découpé, assaisonné vivant et servi minute. Une délicatesse en Corée du Sud. Il arrive cependant que les tentacules bougent encore et bloquent la trachée, provocant l'asphyxie de celui qui a voulu le manger. Il y aurait en moyenne 6 décès par an.

Le sureau © iStok

Les baies de sureau sont souvent utilisées dans les remèdes homéopathiques pour soigner plaies et rhumes. Mais les feuilles, les graines et les branches contiennent du poison qui est proche du cyanure. Les baies mûres ne posent pas de problèmes, mais les baies qui ne sont pas arrivées à maturité et qui ne sont pas cuites peuvent provoquer des diarrhées et blessures.

Les champignons © iStok

Il existe dans le monde près de 38.000 sortes de champignons. 5% d'entre eux sont mortels. En Europe, il y a 5000 types de champignons. Parmi ceux-ci 100 sont toxiques et une douzaine peuvent être mortels. Les Amanites tue-mouches font partie des plus vénéneux.

Les noyaux de cerise, abricot, pêche ou prune © iStok

Les noyaux de ces fruits contiennent du cyanure d'hydrogène qui peut provoquer maux de tête, étourdissements, confusion, anxiété et vomissements. Dans les cas les plus graves la mort par asphyxie. Les suçoter pour ne rien laisser des fruits est donc une mauvaise idée.

Le fesikh © iStok

C'est est un plat traditionnel en Égypte Il s'agit de poisson séché au soleil et fermenté dans du sel. Le mode de préparation fait qu'il représente un risque non négligeable d'intoxication alimentaire.

La noix de muscade © iStok

La noix de muscade consommée à haute dose aurait des pouvoirs hallucinogènes. Elle aurait le même pouvoir que les amphétamines et pourrait provoquer des nausées, des palpitations et un arrêt cardiaque.

Le pangium edule © iStok

Ce fruit est toxique à cause du cyanure d'hydrogène (HCN) qu'il contient. Il doit être correctement cuit et préparé avant consommation.

Les feuilles de rhubarbe © iStok

Ces feuilles contiennent de l'acide oxalique qui est particulièrement dangereux pour les reins. Il provoque nausées, diarrhées, problèmes respiratoires et brulures dans la bouche.

Le acki © iStok

Mordre un bout de ce fruit national de Jamaïque proche du litchi peut vous causer des vomissements incoercibles. Les hypoglycine A et B présents dans le fruit peuvent même provoquer le coma, voire la mort. Les graines sont toujours mauvaises, le fruit serait comestible lorsqu'il est arrivé à maturation. Mais dans le doute...

La pomme de terre © iStockphotos

Les tiges et les feuilles de la patate sont toxiques. Il arrive que la pomme de terre elle-même le soit aussi. Il est plus sage de ne pas consommer des pommes de terres qui sont vertes ou avec des yeux.