En Belgique, le paiement aux restaurateurs clients se fera sur base hebdomadaire d'ici la fin de la semaine ou début de semaine prochaine, explique Rodolphe Van Nuffel, porte-parole de la filiale belge de l'enseigne britannique. L'objectif de ce changement de délai de paiment est de permettre aux restaurants, obligés de fermer leurs portes, de disposer plus rapidement de liquidités.

Aux Pays-Bas, Deliveroo a décidé, depuis vendredi, de payer ses restaurateurs clients chaque jour au lieu de tous les quinze jours, et ce durant trois mois. Les restaurants doivent y rester portes closes depuis le 15 mars.

Depuis le début de la crise et des mesures de confinement, près de 200 nouveaux établissements se sont signalés auprès de Deliveroo, actif dans douze villes belges, pour en devenir clients. Parmi eux, certains qui n'avaient jusqu'à présent pas de service de livraison, mais aussi des boulangers, bouchers et épiciers locaux.

Au niveau des commandes, la filiale belge indique par ailleurs avoir des chiffres comparables par rapport à la même période l'année passée. Les lunchs sont moins populaires, au contraire des livraisons du soir, un phénomène notamment lié aux heures d'ouvertures parfois plus spécifiques des restaurants.

En Belgique, le paiement aux restaurateurs clients se fera sur base hebdomadaire d'ici la fin de la semaine ou début de semaine prochaine, explique Rodolphe Van Nuffel, porte-parole de la filiale belge de l'enseigne britannique. L'objectif de ce changement de délai de paiment est de permettre aux restaurants, obligés de fermer leurs portes, de disposer plus rapidement de liquidités.Aux Pays-Bas, Deliveroo a décidé, depuis vendredi, de payer ses restaurateurs clients chaque jour au lieu de tous les quinze jours, et ce durant trois mois. Les restaurants doivent y rester portes closes depuis le 15 mars. Depuis le début de la crise et des mesures de confinement, près de 200 nouveaux établissements se sont signalés auprès de Deliveroo, actif dans douze villes belges, pour en devenir clients. Parmi eux, certains qui n'avaient jusqu'à présent pas de service de livraison, mais aussi des boulangers, bouchers et épiciers locaux. Au niveau des commandes, la filiale belge indique par ailleurs avoir des chiffres comparables par rapport à la même période l'année passée. Les lunchs sont moins populaires, au contraire des livraisons du soir, un phénomène notamment lié aux heures d'ouvertures parfois plus spécifiques des restaurants.