C'est dans le département de Tarija, au sud du pays sur les contreforts de la Cordillère des Andes, que se trouvent les vignobles confidentiels de Bolivie, entourés des deux mastodontes, l'Argentine et le Chili, 7e et 8e plus imposants vignobles mondiaux qui s'étendent sur plus de 200.000 hectares.

Les 5.000 hectares des vignobles de Tarija bénéficient d'un climat tempéré, avec un soleil intense la journée et une humidité bienfaitrice la nuit, à l'abri des vents forts en provenance du nord.

La majorité du vin bolivien est élaborée entre 21 et 23 degrés de latitude sud, entre 1.600 mètres et 2.000 mètres d'altitude. Mais dans certaines zones andines, au climat plus chaud, on retrouve des vignes à près de 3.000 mètres.

., Getty Images
. © Getty Images

"L'altitude signifie que nous sommes plus exposés aux ultraviolets", ce qui modifie la photosynthèse et "la réponse de la plante" avec "un épaississement de la peau" des raisins, explique l'oenologue Nelson Sfarcich.

La popularité croissante de ces vins boliviens a coïncidé avec un boom gastronomique à La Paz dans de nouveaux restaurants branchés, axés sur les saveurs locales

Helmut Kohlberg, propriétaire de la bodega du même nom, explique que l'altitude confère "une particularité aromatique" au vin avec "des raisins très murs, une concentration intéressante des arômes avec des tanins soyeux, et, au-delà, une belle couleur".

Vins "élégants"

Maria José Granier, vigneronne propriétaire de Jardin Oculto, explique que "l'altitude permet à la vigne d'entrer en dormance (période pendant laquelle la plante arrête son développement, ndlr) l'hiver, de débourrer franchement au printemps et d'avoir ainsi un cycle de développement plus important" à l'été austral.

., Getty Images
. © Getty Images

Elle qualifie ces vins d'altitude d"'élégants, avec un taux d'alcool peu élevé" malgré l'abondance de soleil qui augmente le sucre des raisins donc la teneur en alcool finale, "mais dont les arômes et les saveurs sont à la fois doux et puissants".

Marché de niche

La faible production d'à peine 8 millions d'hectolitres est destinée majoritairement au marché intérieur. Quelques bouteilles de vin mousseux voyagent jusqu'en Chine et les meilleurs Cabernet Sauvignon, Malbec, Merlot, Tannat ou Porto sont proposés par des cavistes aux Etats-Unis, plus rarement en France ou au Japon.

La popularité croissante de ces vins boliviens a coïncidé avec un boom gastronomique à La Paz dans de nouveaux restaurants branchés, axés sur les saveurs locales, qui pousse les producteurs à parier non pas sur le volume mais sur la qualité, visant ainsi un marché de niche.

"Il n'y a pas de véritable potentiel d'augmentation des surfaces", confirme la sommelière indépendante Carla Molina Garcia qui défend les qualités du cépage le plus répandu dans le pays, le Muscat d'Alexandrie qui couvre 70% des surfaces cultivées et "donne un vin doux, assez aromatique". "Mais en terme de qualité, il y a encore beaucoup à faire" estime-t-elle cependant. "Je pense donc que dans quelques années la Bolivie sera vraiment connue comme un véritable pays producteur. Certes petit, mais avec des vins qui se distinguent vraiment".

C'est dans le département de Tarija, au sud du pays sur les contreforts de la Cordillère des Andes, que se trouvent les vignobles confidentiels de Bolivie, entourés des deux mastodontes, l'Argentine et le Chili, 7e et 8e plus imposants vignobles mondiaux qui s'étendent sur plus de 200.000 hectares.Les 5.000 hectares des vignobles de Tarija bénéficient d'un climat tempéré, avec un soleil intense la journée et une humidité bienfaitrice la nuit, à l'abri des vents forts en provenance du nord.La majorité du vin bolivien est élaborée entre 21 et 23 degrés de latitude sud, entre 1.600 mètres et 2.000 mètres d'altitude. Mais dans certaines zones andines, au climat plus chaud, on retrouve des vignes à près de 3.000 mètres."L'altitude signifie que nous sommes plus exposés aux ultraviolets", ce qui modifie la photosynthèse et "la réponse de la plante" avec "un épaississement de la peau" des raisins, explique l'oenologue Nelson Sfarcich.Helmut Kohlberg, propriétaire de la bodega du même nom, explique que l'altitude confère "une particularité aromatique" au vin avec "des raisins très murs, une concentration intéressante des arômes avec des tanins soyeux, et, au-delà, une belle couleur".Maria José Granier, vigneronne propriétaire de Jardin Oculto, explique que "l'altitude permet à la vigne d'entrer en dormance (période pendant laquelle la plante arrête son développement, ndlr) l'hiver, de débourrer franchement au printemps et d'avoir ainsi un cycle de développement plus important" à l'été austral.Elle qualifie ces vins d'altitude d"'élégants, avec un taux d'alcool peu élevé" malgré l'abondance de soleil qui augmente le sucre des raisins donc la teneur en alcool finale, "mais dont les arômes et les saveurs sont à la fois doux et puissants". La faible production d'à peine 8 millions d'hectolitres est destinée majoritairement au marché intérieur. Quelques bouteilles de vin mousseux voyagent jusqu'en Chine et les meilleurs Cabernet Sauvignon, Malbec, Merlot, Tannat ou Porto sont proposés par des cavistes aux Etats-Unis, plus rarement en France ou au Japon.La popularité croissante de ces vins boliviens a coïncidé avec un boom gastronomique à La Paz dans de nouveaux restaurants branchés, axés sur les saveurs locales, qui pousse les producteurs à parier non pas sur le volume mais sur la qualité, visant ainsi un marché de niche."Il n'y a pas de véritable potentiel d'augmentation des surfaces", confirme la sommelière indépendante Carla Molina Garcia qui défend les qualités du cépage le plus répandu dans le pays, le Muscat d'Alexandrie qui couvre 70% des surfaces cultivées et "donne un vin doux, assez aromatique". "Mais en terme de qualité, il y a encore beaucoup à faire" estime-t-elle cependant. "Je pense donc que dans quelques années la Bolivie sera vraiment connue comme un véritable pays producteur. Certes petit, mais avec des vins qui se distinguent vraiment".