Une mère et un fils ont choisi d'aller au restaurant pour agrémenter d'un fond sonore de bruits de couverts leur incapacité à communiquer. Chaque phrase est suivie d'un interminable silence. Ambiance plombée, on peut presque palper la tonne de reproches non exprimés. Qu'a-t-il bien pu se passer entre ces deux-là pour qu'ils soient à ce point désertés par la parole ?

Le fils (il prend soin de ne jamais regarder sa mère en parlant) : Et l'avion ?

La mère : Bien.

Le fils : Et les hôtesses, ça allait ?

La mère : Oui, les hôtesses ça allait.

Le fils : Et le plateau-repas, c'était bon ?

La mère (on entend à peine sa voix) : Oui, le plateau-repas était bon.

Au moins 5 minutes de silence. Pour peu, on interviendrait dans la conversation, histoire de jouer les médiateurs.

Le fils : T'achètes quoi comme oeufs ?

Le fils (ne laissant pas le temps de répondre à sa mère) : Moi, j'achète des oeufs oméga 3 de chez Delhaize. C'est bien, les poules sont élevées au sol et nourries au grain.

A nouveau 5 minutes de silence. Pitié, que quelque chose se passe, qu'un serveur s'étale avec des assiettes en main pour que ces deux-là aient quelque chose à raconter. Rien.

Le fils : Enfin bref, t'as le bonjour de madame Nelly...

Le reste du repas se dilue dans un silence de mort. Juste le bruit des couverts... Triste affaire.

In restaurant à Uccle.

Une mère et un fils ont choisi d'aller au restaurant pour agrémenter d'un fond sonore de bruits de couverts leur incapacité à communiquer. Chaque phrase est suivie d'un interminable silence. Ambiance plombée, on peut presque palper la tonne de reproches non exprimés. Qu'a-t-il bien pu se passer entre ces deux-là pour qu'ils soient à ce point désertés par la parole ? Le fils (il prend soin de ne jamais regarder sa mère en parlant) : Et l'avion ? La mère : Bien. Le fils : Et les hôtesses, ça allait ? La mère : Oui, les hôtesses ça allait. Le fils : Et le plateau-repas, c'était bon ? La mère (on entend à peine sa voix) : Oui, le plateau-repas était bon. Au moins 5 minutes de silence. Pour peu, on interviendrait dans la conversation, histoire de jouer les médiateurs. Le fils : T'achètes quoi comme oeufs ? Le fils (ne laissant pas le temps de répondre à sa mère) : Moi, j'achète des oeufs oméga 3 de chez Delhaize. C'est bien, les poules sont élevées au sol et nourries au grain. A nouveau 5 minutes de silence. Pitié, que quelque chose se passe, qu'un serveur s'étale avec des assiettes en main pour que ces deux-là aient quelque chose à raconter. Rien. Le fils : Enfin bref, t'as le bonjour de madame Nelly... Le reste du repas se dilue dans un silence de mort. Juste le bruit des couverts... Triste affaire. In restaurant à Uccle.