Il suffit de discuter quelques minutes avec Raphaële Marchal pour avoir envie de sortir le sac à dos, le couteau suisse et des victuailles de compétition avant de filer au grand air. Le pique-nique, c'est son truc. C'est même tellement son truc que, quand son nouvel éditeur lui a proposé d'écrire un livre sur le sujet après avoir (comme ses dizaines de milliers de followers) rêvé devant les multiples photos de pauses gourmandes en pleine nature, elle a été surprise. " Quand on fait quelque chose tellement souvent et de façon tellement spontanée depuis toujours, on n'y pense pas. Je fais ça depuis que je suis gamine et toute l'année, pas seulement l'été. Avec mes parents, on le faisait aussi parfois à la maison, ça avait finalement des allures de ce qu'on appelle au...

Il suffit de discuter quelques minutes avec Raphaële Marchal pour avoir envie de sortir le sac à dos, le couteau suisse et des victuailles de compétition avant de filer au grand air. Le pique-nique, c'est son truc. C'est même tellement son truc que, quand son nouvel éditeur lui a proposé d'écrire un livre sur le sujet après avoir (comme ses dizaines de milliers de followers) rêvé devant les multiples photos de pauses gourmandes en pleine nature, elle a été surprise. " Quand on fait quelque chose tellement souvent et de façon tellement spontanée depuis toujours, on n'y pense pas. Je fais ça depuis que je suis gamine et toute l'année, pas seulement l'été. Avec mes parents, on le faisait aussi parfois à la maison, ça avait finalement des allures de ce qu'on appelle aujourd'hui un brunch, et c'était toujours festif. " Le pique-nique de jardin ou de salon, ça passe à l'occasion, mais pour l'auteure, le pique-nique, le vrai, se mérite. On le déguste les mollets douloureux et la nuque rouge au bout d'une marche, ou les cuisses en feu quelque part dans la neige. Pas sectaire, elle laisse aussi le champ libre aux amateurs de paniers en osier et jolie vaisselle, à ceux qui remplissent la glacière de bouteilles de rosé et aux épicuriens de square. " Pour illustrer le livre, j'ai demandé aux copains de me raconter leur manière de pique-niquer. Je n'imaginais pas qu'il y en avait autant ! Pour les recettes, j'ai aussi fait appel à une amie d'ami, Claire Bergé-Lefranc. Elle a créé Chicken Bacon Lettuce (avec Marie Falcon de Longevialle), un traiteur pas comme les autres avec des pièces à partager, un peu rustiques, canailles. Par définition, ce qu'on trouve sur les buffets est pratique à manger et peut " tenir " ; parfait pour un pique-nique. " Le menu idéal ? Il est ludique et composé sans trop s'épuiser les méninges. Pas de table, pas de règle. " On dit souvent que pour un repas, il faut qu'il y ait une protéine, un légume, un féculent et un petit dessert. Ce que j'adore avec le pique-nique, c'est qu'il n'y a plus de protocole, ce n'est pas grave s'il y a un cake salé plus une quiche ou une salade de pâtes plus une fougasse, on s'en fiche. On peut passer du salé au sucré puis revenir au salé. L'important, c'est qu'il y ait un peu de tout. " Parce qu'on ne pique-nique pas de la même façon sur un bateau, dans un parc à 3 minutes du bureau ou à 2000 mètres d'altitude. Et parce qu'on n'a pas la même approche quand tout doit rentrer dans un sac à dos de rando ou dans le coffre d'une voiture, Raphaële Marchal a compartimenté les recettes, par lieu et profil de dégustation avec un conseil transversal : " La règle d'or, c'est : emportez ce qui vous fait plaisir ! Après tout, si ça s'écrase dans le sac ou que ça fond... ça fait partie du jeu. "