Les quelque 800.000 élèves de la FWB et leurs enseignants bénéficieront donc de deux semaines de congés. Les cours reprendront le 12 novembre prochain. La mesure, sollicitée par plusieurs interlocuteurs, est prise dans le cadre de la lutte contre le coronavirus et vise à permettre au personnel des écoles de souffler un peu. "Cette idée a clairement du sens vu la situation sanitaire et l'état de fatigue des directions, des enseignants et des autres membres du personnel, mais elle présente divers inconvénients majeurs dont les impacts pédagogiques pour les élèves et la difficulté pour les parents de trouver des solutions de garde pendant toute une semaine", a souligné la ministre.

Il a également été décidé que les écoles resteraient en code jaune, sans renforcement des cours à distance donc pour les années du secondaire.

Par ailleurs, face aux difficultés organisationnelles rencontrées par les écoles et directions d'écoles en raison de la crise sanitaire, les acteurs de l'enseignement ont également convenu de suspendre temporairement la mise en oeuvre de certaines réformes prévues dans le cadre du Pacte pour un enseignement d'excellence.

Mme Désir prévoit de nouvelles réunions dans les prochains jours pour "retravailler les scénarios correspondant aux actuels codes couleurs". Pour l'heure, il convient de maintenir au maximum les cours en présentiel. "Rien ne remplacera les cours dispensés par un enseignant face à sa classe. L'éducation doit constituer une priorité nationale".

Les quelque 800.000 élèves de la FWB et leurs enseignants bénéficieront donc de deux semaines de congés. Les cours reprendront le 12 novembre prochain. La mesure, sollicitée par plusieurs interlocuteurs, est prise dans le cadre de la lutte contre le coronavirus et vise à permettre au personnel des écoles de souffler un peu. "Cette idée a clairement du sens vu la situation sanitaire et l'état de fatigue des directions, des enseignants et des autres membres du personnel, mais elle présente divers inconvénients majeurs dont les impacts pédagogiques pour les élèves et la difficulté pour les parents de trouver des solutions de garde pendant toute une semaine", a souligné la ministre.Il a également été décidé que les écoles resteraient en code jaune, sans renforcement des cours à distance donc pour les années du secondaire. Par ailleurs, face aux difficultés organisationnelles rencontrées par les écoles et directions d'écoles en raison de la crise sanitaire, les acteurs de l'enseignement ont également convenu de suspendre temporairement la mise en oeuvre de certaines réformes prévues dans le cadre du Pacte pour un enseignement d'excellence. Mme Désir prévoit de nouvelles réunions dans les prochains jours pour "retravailler les scénarios correspondant aux actuels codes couleurs". Pour l'heure, il convient de maintenir au maximum les cours en présentiel. "Rien ne remplacera les cours dispensés par un enseignant face à sa classe. L'éducation doit constituer une priorité nationale".