...

Vingt-cinq ans d'existence, cela se fête. Pour l'occasion, le duo de créateurs néerlandais Viktor & Rolf est mis à l'honneur, le temps d'une exposition qui lui est consacrée cet été, à Rotterdam. On y retrouve quelques-unes des oeuvres les plus impressionnantes et innovantes de Viktor Horsting et Rolf Snoeren, eux qui aiment parler d'une même voix et ne faire qu'un. Des créations haute couture uniques en leur genre, qui donnent à voir une identité contradictoire, qui repoussent toujours plus loin la frontière entre mode et art. S'y côtoient tour à tour romance et rébellion, exubérance et contrôle, classicisme et conceptualisme. Une approche non conventionnelle et conceptuelle qui n'hésite pas à questionner, voire critiquer l'industrie fashion. Au programme : un travail techniquement parfait, des tenues présentées lors de défilés "performances", des looks jamais montrés, mais aussi vingt-cinq poupées de porcelaine vêtues d'une création du label, méticuleusement reproduite en taille réduite, sur la base des modèles originaux. Le tout mis en musique par le curateur Thierry Maxime Loriot, qui a déjà, à son actif, la désormais légendaire exposition Jean Paul Gaultier, ayant tourné pendant dix ans sur tous les continents et rassemblé 2 millions de visiteurs.Viktor & Rolf Fashion Artists 25 years, Kunsthal de Rotterdam. www.kunsthal.nl Jusqu'au 30 septembre prochain. S'aligner avec les astres, le soleil, la lune et les constellations. Lire son horoscope attentivement et placer son été sous le halo de son signe puis veiller à être raccord en & Other Stories + House of Hackney, avec des imprimés psychédéliques à assortir à ses décans. Exemple, de circonstance, pour les natifs du Cancer (23 juin - 22 juillet) : "Votre signe est certes représenté par un crabe mais que cela ne vous empêche pas de sortir de votre carapace vestimentaire. Avec l'été, une vague de changements arrive. Los Angeles, Californie, vous trouvera en robe fleurie, drapée dans un semis qui dénude la peau."Il va falloir choisir son équipe. A gauche, les adeptes du sac en osier, qui craquent cet été pour un modèle rond et graphique. Un effet naturel, à mille lieues de l'overdose de plastique ou du cuir martelé d'un logo. A droite, le phénomène improbable du filet de pêche. Habitué des transports de victuailles, cet accessoire se dégote sans peine, en échange de quelques euros. Mais que celles qui prennent peur à l'idée que ses mailles ajourées ne laissent filer lunettes, clés et autres piécettes se rassurent. Il suffit simplement d'y glisser son sac ou sa pochette. L'affaire est dans le sac, qui est dans le sac.Le 9 août prochain marquera la plantation de l'arbre de joie, édition 2018, du moins si les Louvanistes ne l'empêchent pas - heureusement, ils échouent depuis huit siècles. Réjouissant cortège baigné de bière, le Meyboom est un rendez-vous immanquable pour les amateurs de folklore et d'accents gutturaux, l'un des derniers événements populaires où l'on voit encore Bruxelles bruxeller.