Telle est la conclusion de l'étude menée à la demande de Samsung par iMinds-MICT, un groupe de recherche commun de l'Université Catholique de Louvain (UCL) et des universités de Gand et de Tilburg, auprès d'enseignants wallons, flamands et néerlandais.

Le numérique est important, mais jusqu'à présent, la (r)évolution numérique n'a pas encore fait son entrée dans la classe. Samsung entend bien y remédier. Dans le monde entier, l'électronicien sud-coréen s'appuie sur son expertise pour stimuler l'utilisation de la technologie dans l'enseignement. Avec un enseignement intelligent et des formations ciblées, il aide les jeunes du monde entier à mieux se préparer à l'avenir. C'est pourquoi il a demandé à iMinds-MICT de sonder les besoins des enseignants.

Un manque de matériel numérique

Tous les enseignants s'accordent pour reconnaître les avantages de la technologie en classe. Elle les aide à créer des environnements d'apprentissage stimulants et à apporter de la variation dans leurs cours. De plus, les élèves aiment la technologie et sont motivés par elle. La technologie est également indispensable au développement d'aptitudes fondamentales comme la collaboration et l'approche résolutive des problèmes.

Comment expliquer dès lors que la technologie peine à s'imposer dans l'enseignement belge ? 53 % des enseignants wallons et 39 % des enseignants flamands pointent le manque d'infrastructure et de matériel. Ils regrettent aussi le manque d'applis conviviales. De plus, il existe aujourd'hui trop peu de matériel didactique numérique de qualité.

Une intégration réussie de la technologie

Comme les enseignants sont eux-mêmes peu familiarisés avec la technologie, ils l'abordent souvent avec une certaine appréhension, surtout les dames d'un certain âge, qui se montrent sceptiques quant à l'arrivée de la technologie dans leur classe et doutent de sa valeur ajoutée. Par ailleurs, les enseignants ne possèdent pas les aptitudes nécessaires pour produire leur propre matériel didactique numérique. Sur le plan technologique, c'est donc souvent l'enseignant qui a tout à apprendre.

L'enseignement actuel fait face à un défi passionnant, estime Samsung. " Dans le Benelux, les enseignants ont besoin d'un support sous forme de formations et de séances de recyclage, données aussi bien par des experts que par des collègues qui ont réussi l'introduction de la technologie dans leur propre classe ", observe Michiel Dijkman, Manager Corporate Affairs de Samsung. " Aux Pays-Bas, nous avons lancé un programme grâce auquel les enseignants peuvent partager les modes d'enseignement innovants via la plate-forme Smart Education Hub. En Belgique, notre ambition est de lancer un projet similaire avec ou sans partenaires externes. "

Envie d'en savoir plus ? Découvrez des histoires inspirantes sur la technologie et l'innovation sur www.samsung.com/be_fr/discover

Telle est la conclusion de l'étude menée à la demande de Samsung par iMinds-MICT, un groupe de recherche commun de l'Université Catholique de Louvain (UCL) et des universités de Gand et de Tilburg, auprès d'enseignants wallons, flamands et néerlandais. Le numérique est important, mais jusqu'à présent, la (r)évolution numérique n'a pas encore fait son entrée dans la classe. Samsung entend bien y remédier. Dans le monde entier, l'électronicien sud-coréen s'appuie sur son expertise pour stimuler l'utilisation de la technologie dans l'enseignement. Avec un enseignement intelligent et des formations ciblées, il aide les jeunes du monde entier à mieux se préparer à l'avenir. C'est pourquoi il a demandé à iMinds-MICT de sonder les besoins des enseignants.Un manque de matériel numérique Tous les enseignants s'accordent pour reconnaître les avantages de la technologie en classe. Elle les aide à créer des environnements d'apprentissage stimulants et à apporter de la variation dans leurs cours. De plus, les élèves aiment la technologie et sont motivés par elle. La technologie est également indispensable au développement d'aptitudes fondamentales comme la collaboration et l'approche résolutive des problèmes.Comment expliquer dès lors que la technologie peine à s'imposer dans l'enseignement belge ? 53 % des enseignants wallons et 39 % des enseignants flamands pointent le manque d'infrastructure et de matériel. Ils regrettent aussi le manque d'applis conviviales. De plus, il existe aujourd'hui trop peu de matériel didactique numérique de qualité. Une intégration réussie de la technologie Comme les enseignants sont eux-mêmes peu familiarisés avec la technologie, ils l'abordent souvent avec une certaine appréhension, surtout les dames d'un certain âge, qui se montrent sceptiques quant à l'arrivée de la technologie dans leur classe et doutent de sa valeur ajoutée. Par ailleurs, les enseignants ne possèdent pas les aptitudes nécessaires pour produire leur propre matériel didactique numérique. Sur le plan technologique, c'est donc souvent l'enseignant qui a tout à apprendre. L'enseignement actuel fait face à un défi passionnant, estime Samsung. " Dans le Benelux, les enseignants ont besoin d'un support sous forme de formations et de séances de recyclage, données aussi bien par des experts que par des collègues qui ont réussi l'introduction de la technologie dans leur propre classe ", observe Michiel Dijkman, Manager Corporate Affairs de Samsung. " Aux Pays-Bas, nous avons lancé un programme grâce auquel les enseignants peuvent partager les modes d'enseignement innovants via la plate-forme Smart Education Hub. En Belgique, notre ambition est de lancer un projet similaire avec ou sans partenaires externes. " Envie d'en savoir plus ? Découvrez des histoires inspirantes sur la technologie et l'innovation sur www.samsung.com/be_fr/discover