"T'as pas de famille ; t'as pas d'amis ; les mecs, tu ne sais pas les choisir... " C'est par ces mots durs que la pétillante Aude, interprétée par Jenna Thiam, met fin à sa relation avec la sage Clothilde, jouée par Constance Rousseau. Et ce, au terme d'une année de fac où les deux comparses, juste sorties de l'adolescence, ont petit à petit emprunté des routes différentes après avoir tout partagé au lycée. C'est cette attirance fusionnelle, entre passion, haine, naïveté, joie et désillusion, que la réalisatrice belge Vania Leturcq a voulu dépeindre dans L'année prochaine, son premier long-métrage qui sortira sur grand écran dans quelques semaines (lire par ailleurs). " Je désirais parler d'une rupture d'amitié, un peu comme s'il s'agissait de la fin d'une histoire d'amour, explique la cinéaste. Mais je voulais par ailleurs qu'il y ait un message positif. Avec mes deux personnages, je joue sur les ressemblances et les dissonances : Aude, spontanée et joyeuse, qui passe par une phase destructrice ; Clothilde, fragile mais en réalité très décidée. Il y a des vases communicants entre ces filles et il n'y a pas vraiment un caractère faible et l'autre fort. " La trentenaire, originaire d'Andenne et diplômée de l'IAD, poursuit son analyse : " Je suis persuadée que, comme pour les couples, les rapports d'amitié ne fonctionnent que dans un lieu déterminé et des circonstances précises. Loin de ce contexte, comme ici lorsque les copines partent à Paris pour leurs études et quittent leur petit microcosme villageois, les protagonistes ne parviennent pas à réinvente...