Des remparts restaurés, des canaux, un moulin à vent, un centre ancien et des huîtres de Zélande : à Hulst, il ne faut pas chercher loin pour tomber sur les clichés de cartes postales. Cette petite ville néerlandaise, située juste de l'autre côté de la frontière, ressemble un peu à un grand village de vacances. " L'âme de la cité est bourguignonne, il n'est donc pas étonnant qu'elle soit populaire auprès des Belges ", déclare Martine Fassaert, qui a grandi ici mais s'est installée au plat pays par amour.
...

Des remparts restaurés, des canaux, un moulin à vent, un centre ancien et des huîtres de Zélande : à Hulst, il ne faut pas chercher loin pour tomber sur les clichés de cartes postales. Cette petite ville néerlandaise, située juste de l'autre côté de la frontière, ressemble un peu à un grand village de vacances. " L'âme de la cité est bourguignonne, il n'est donc pas étonnant qu'elle soit populaire auprès des Belges ", déclare Martine Fassaert, qui a grandi ici mais s'est installée au plat pays par amour. Par nostalgie de sa jeunesse, elle possède, avec son mari Paul, une seconde résidence à Hulst qui semble tout droit tirée d'un livre d'histoire. Non seulement la maison date de 1935 et sa façade de l'entre-deux-guerres a été joliment conservée, mais ces briques rouges recèlent aussi une belle destinée. " Ma grand-mère Pauline était servante dans ce bâtiment, raconte notre interlocutrice. Elle a travaillé quinze ans pour monsieur Martens, et lorsque ce veuf est décédé, il lui a légué, à sa grande surprise, une partie de son héritage. " Avec cet argent, mamie Pauline a acheté la demeure et y a passé le reste de sa vie. Un vrai conte de fées, qui méritait d'être narré. Une tante de Martine Fassaert a écrit et imprimé à compte d'auteur un petit livre sur le sujet. Après la mort de sa grand-mère et quelques rebondissements, l'habitation est donc devenue la seconde résidence de Martine et Paul. " Je l'appelle toujours la " maison de mamie ". Chaque voyage pour s'y rendre est bien plus qu'une visite à Hulst ou un week-end ailleurs. C'est comme si, à travers cet édifice, je remontais le temps jusqu'à ma jeunesse. " L'histoire, les légendes et les contes courent comme un fil rouge à travers les sols en bois de la construction. On y plonge dans le passé à l'intérieur mais aussi à l'extérieur. Les fenêtres de la façade avant donnent sur l'hôtel de ville de Hulst, un bâtiment gothique du XVIe siècle, dessiné par Laurens Keldermans, qui a également conçu la cathédrale Saint-Rombaut, à Malines. Une maison avec un tel contexte historique ne se laisse pas rénover par n'importe qui. " Le grand défi était de conserver les anciennes pages du livre tout en prolongeant le récit sans rupture ", explique Martine, qui a fait appel, pour la restauration, à l'architecte d'intérieur anversois Arjaan De Feyter. Après des transformations en profondeur, la maison garde son air d'autrefois tout en semblant très moderne. Comment donne-t-on un caractère contemporain à une habitation à la structure ancienne ? " C'est une question difficile, répond Arjaan De Feyter en riant. Mais ce sont souvent les détails qui font la différence. " A la recherche de ces particularités, nous repérons les rideaux de Designs of the Time, un parquet en chêne à chevrons, une paroi de salle de bains en verre cathédrale, des robinets laqués de noir de Nobili et le fauteuil Standard funky de Francesco Binfaré pour Edra. Mais il y a toujours des éléments d'origine, authentiques. Comme un feu ouvert avec des carreaux peints à la main dans les années 30, qui illustrent des épisodes de la Bible. Ou la massive porte d'entrée en chêne, qui a retrouvé son ancienne gloire. " Mon père a enlevé chaque clou, un par un, pour pouvoir poncer la porte ", précise l'habitante à propos de cette minutieuse remise à neuf. L'atmosphère de vacances qui remplit les rues de Hulst se répand aussi dans les couloirs de cette seconde résidence. La bicoque de grand-mère a aujourd'hui l'allure d'un hôtel : dans la cuisine, le comptoir pour l'apéro donne sur le jardin et la salle de bains ne déparerait pas dans des chambres d'hôtes design. " Et pourtant je me sens toujours dans la maison de mamie, dit la propriétaire. Elle a gardé son âme, elle a seulement des vêtements neufs. " La demeure possède une couleur qui revient partout, le vert. " Le ton est littéralement donné dès que l'on entre : dans le couloir court un lambris en pierre naturelle vert de Rajasthan, explique Arjaan De Feyter. Ça peut sembler cliché mais le vert foncé est une teinte chaude de caractère qui correspond bien à cette maison. Elle était par exemple déjà présente dans les petits volets des fenêtres de la façade. " Le meuble de la salle d'eau et le plan de travail de la cuisine sont tous les deux en cette pierre naturelle. Dans la salle de bains, les murs et le sol ont été travaillés avec du carrelage du même ton et les chaises de la cave à vin ont une assise de velours vert. On peut véritablement parler de couleur signature. Ou la couleur de fond des nouvelles pages dans ce livre d'histoire.