Les bimillénaires arènes de Nîmes ont désormais un très contemporain voisin. Ce 2 juin, sera en effet inauguré le musée de la Romanité, signé par Elizabeth de Portzamparc. L'institution occitane, qui accueillera 5 000 pièces de collec...

Les bimillénaires arènes de Nîmes ont désormais un très contemporain voisin. Ce 2 juin, sera en effet inauguré le musée de la Romanité, signé par Elizabeth de Portzamparc. L'institution occitane, qui accueillera 5 000 pièces de collections pour raconter cette riche civilisation, se distingue par son enveloppe ondulante faite de 7 000 lames de verre sérigraphié et évoquant le drapé des toges romaines. Le bâtiment s'organise autour d'une rue intérieure qui suit les traces de l'ancien rempart augustéen et est marquée, en son centre, d'un atrium de 17 m de hauteur révélant un fragment du Sanctuaire de la Fontaine, un monument local. Tout au long des salles d'expo, des perspectives sur la ville se dévoilent par des ouvertures en façades, mettant ainsi toujours en relation passé et présent. Au sommet, c'est une toiture végétalisée panoramique qui offre une vue à 360 ° unique sur cette localité du Gard. Un choc des époques réussi donc, tout comme celui tenté en 1993 par la municipalité lorsqu'elle demanda à Norman Foster, un autre grand bâtisseur d'aujourd'hui, d'ériger le Carré des Arts, dans cette cité chargée d'histoire.Fanny Bouvry