L'époque où les jeunes couples se faisaient offrir salon et salle à manger dans la foulée de leurs noces est bien révolue. Finis, les ensembles homogènes et bien assortis, has been aussi, le total look jusqu'à la nausée et les ambiances policées où la moindre intervention perso relève de la transgression. Bienvenue dans l'ère du mix and match, la faute à un tas de facteurs qui vont de l'essor de la seconde main à l'inépuisable vitalité du vintage, des enjeux environnementaux à la crise économique, sans oublier le désir bien légitime d'exprimer certains aspects de sa personnalité à travers ses habitudes de consommation, et donc l'agencement de son foyer.
...

L'époque où les jeunes couples se faisaient offrir salon et salle à manger dans la foulée de leurs noces est bien révolue. Finis, les ensembles homogènes et bien assortis, has been aussi, le total look jusqu'à la nausée et les ambiances policées où la moindre intervention perso relève de la transgression. Bienvenue dans l'ère du mix and match, la faute à un tas de facteurs qui vont de l'essor de la seconde main à l'inépuisable vitalité du vintage, des enjeux environnementaux à la crise économique, sans oublier le désir bien légitime d'exprimer certains aspects de sa personnalité à travers ses habitudes de consommation, et donc l'agencement de son foyer.Parfaitement intégrée par les jeunes générations, amenées à faire preuve d'inventivité avec peu de moyens, cette nouvelle donne suit aussi leurs parcours de vie, moins linéaires qu'auparavant, et se reflète dans le pêle-mêle 3D qui prédomine actuellement dans les séjours : mobilier de famille, récup' et trouvailles chinées côtoient avec bonheur des pièces nettement plus design, voire aussi des oeuvres d'art ou l'une ou l'autre folie - trop chère, trop flashy, trop politiquement incorrect - sur lesquelles on aurait craqué. Et si cela peut ressembler parfois à un joyeux fourre-tout, tant pis. Ou tant mieux, peu importe : l'objectif n'est pas de verser dans le n'importe quoi par mépris pour la pondération ou le bon goût, mais juste à assumer ses préférences, à une époque où tout revient à la mode ou se ringardise en un clin d'oeil. Si d'aventure l'envie vous prend de faire de l'aménagement intérieur un exercice plus personnel, commencez par éviter le ronron des visites aux grandes enseignes, un réflexe qui surgit trop souvent dès que l'on identifie un besoin labellisé "maison". Restez curieux, ouvrez les yeux (et scrutez le Net !), des solutions existent et pourront faire vivre des créateurs pleins de talent, et ce tout près de chez nous. La preuve en trois temps, avec ce triple portrait regroupant des profils complémentaires mais très différents. Avec en prime, trois intérieurs décoincés, et le shopping qui va avec, pour vous inspirer !