Lézarder au soleil

En plus des articles de maroquinerie classique, l'imprimé python s'empare désormais des lunettes solaires. Démonstration avec ces montures griffées Salvatore Ferragamo, gainées de cuir de karung.

© SDP

Tu tires ou tu pointes?

Pour cet été, Berluti s'associe à Obut et sort un set de boules de pétanque en acier inoxydable, en versions unie ou rayée. Le tout, livré dans un étui en cuir gravé avec le logo de la marque. Chicissime.

© SDP

Art portable

En 2013, Louis Vuitton crée le sac Capucines - nommé d'après la petite rue parisienne où la griffe de luxe ouvrit sa toute première boutique, au milieu du XIXe siècle - qui devient très rapidement l'une des icônes de la maison. Six ans plus tard, la marque au célèbre monogramme sort The ArtyCapucines Collection, une capsule en édition ultralimitée. Le concept? L'it bag s'habille de toile blanche pour offrir un terrain d'expression à six artistes contemporains de renommée internationale: Sam Falls, Nicholas Hlobo, Alex Israel, Tschabalala Self, Jonas Wood et... Urs Fischer! Le Suisse de 46 ans, connu pour ses sculptures et installations imposantes, ajoute à l'accessoire une banane (détachable), confectionnée à la main, plus vraie que nature. Chaque réalisation, limitée à 300 exemplaires numérotés, sera en vente à partir de ce 25 juin. Cela va sans dire, il n'y en aura pas pour tout le monde.

© Studio Lenthal

Bottes culottées

L'avantage avec le dérèglement climatique, c'est qu'on peut sortir bottée en plein été. Ne pas hésiter dès lors à oser le revival eighties, la nostalgie en plus, imaginé par Virginie Morobé pour Essentiel Antwerp. Les deux marques belges se sont en effet trouvé assez d'affinités pour que la première crée dorénavant les chaussures de la seconde, avec une salve inaugurale automne-hiver en boutique dès juillet. La belle excuse pour chambouler les saisons.

© SDP

Chapeau bas

A l'occasion de sa collection capsule Zoute, Natan collabore avec l'artiste Pablo Piatti, invité à peindre à la main des panamas en paille. Ces pièces uniques seront disponibles en exclusivité à la boutique de Knokke-le-Zoute.

Poids plume

L'Usine, club de sport haut de gamme parisien, maintenant implanté à Bruxelles, propose un nouveau programme de coaching développé par Olivia Borlée et Elodie Ouedraogo. Les sprinteuses belges ont créé ce pack taillé sur mesure, avec des entraînements personnalisés, pour que chacun puisse atteindre ses objectifs. Les cours de sport seront donnés par la team de coachs de la salle. Pour les intéressés, le pack coûte 370 euros les cinq séances.

© Michel Cooreman Events Photography/SDP

Libérés, délivrés!

Et si, au moins le temps de l'été, on laissait ses ongles respirer? Oubliés les vernis chargés en pigments et surtout les formules semi-permanentes qui, si elles ont l'avantage de durer plusieurs semaines, ont tendance à jaunir la kératine et à la fragiliser. Plusieurs produits aident aujourd'hui à faire place nette: le kit en trois étapes et 10 minutes chrono du Dr. Dana associe exfoliation, polissage et hydratation. Chez Kure Bazaar, la marque à base d'ingrédients à 85% naturels, il existe même un macérat huileux biologique à la rose, spécialement dédié aux ongles et cuticules fragiles. Envie de progressivement en remettre une couche? Le trio opportunément baptisé Gel Break d'OPI allie soin et couleur naturelle. Quant au végan et écolo Faby, sa collection Nature, dépourvue d'ingrédients dérivés du pétrole, permet de se relancer en douceur.

1. Kit Dr. Dana, 66,35 euros / 2. Huile biologique à l'infusion de rose, Kure Bazaar, 38 euros / 3. Trio Gel Break, OPI, 21,80 euros le flacon / 4. Vernis collection Nature, Faby, 16 euros © SDP

Décollage immédiat

Aesop, marque australienne de cosmétiques et de soins de qualité, fabriqués dans le respect de la nature, élargit sa gamme via deux nouveaux coffrets : Departure et Arrival. Ces kits aux noms explicites permettent d'emporter les produits phares du label, en formats compatibles avec les restrictions imposées pour un bagage cabine. On y trouve les essentiels tels qu'une crème, un savon, un baume à lèvres... pour les prix respectifs de 53 et 33 euros.

© Helene Giansily / SDP

Set gagnant

Pour éviter tout désassortiment funeste, optez pour ce trio, tapis pour le sable, cabas et trousse aux couleurs acidulées. Ce set est signé Hermès et dessiné par l'illustrateur Filipe Jardim, qui s'y connaît drôlement bien en plages puisqu'il est né à Rio de Janeiro. Permis de bronzer joli.

© SDP

Sans prise de tête

Il n'est pas toujours nécessaire de partir loin pour vivre un dépaysement complet. Ce soin longue durée invite au lâcher-prise tout en découvrant un rituel ancestral indien rarement proposé en Europe. Inspiré par la tradition ayurvédique, le shirodhara n'a rien d'un massage classique: il s'agit ici de verser délicatement sur les tempes un fin filet d'huile de sésame chaude, avant de délier les zones de tension grâce à une gestuelle précise associant pétrissage, frictions, étirements et percussions à des rythmes différents sur l'ensemble du crâne. Sa promesse? Augmenter le capital énergétique et évacuer la fatigue mentale. Pour que le relâchement soit total, ce nouveau rituel proposé par le Spa Cinq Mondes, à La Hulpe, s'accompagne d'une séance de hammam et d'un massage du corps à l'huile chaude.

© Helene Giansily / SDP

Teint à toute épreuve

Résister à la chaleur et à l'humidité, c'est le défi estival de tout make-up digne de ce nom. Testée dans les conditions extrêmes des défilés où les températures jouent au yo-yo, la ligne Dior Backstage, lancée l'an dernier sous l'impulsion du Belge Peter Philips, compte désormais deux nouvelles occurrences: une palette glow plus intense que le modèle initial, mais surtout un primer floutant et hydratant capable de matifier la peau du matin au soir - les pores sont immédiatement atténués à 45% - sans la dessécher. Sa formule à base de glycérine végétale et de beurre de karité en fait un soin de jour parfait pour l'été. Associé à l'un des fonds de teint de la gamme, il peut également servir de base à une couvrance modulable, pour un effet 100% naturel. Et ce pour chaque carnation, comme l'a démontré le directeur de la création et de l'image du maquillage lors du show Croisière qui s'est tenu à Marrakech. Des looks purs et lumineux, tout en fraîcheur et en transparence. Bon point aussi: le côté compact et nomade des packs, qui fait de ces produits les complices rêvés des vacances.

  • Dior Backstage Face & Body primer, Dior, 42 euros les 50 ml.

© Lucile Casanova

© Lucile Casanova

© Lucile Casanova

© Lucile Casanova

Amsterdam centrale

Amsterdam a été dès le XVIIe siècle l'une des premières portes de l'Europe sur l'Asie; des liens depuis lors jamais démentis. Lorsque Raymond Cloosterman crée Rituals en 1999, c'est tout naturellement que le Néerlandais se tourne lui aussi vers l'Orient, dont il explorera les rites de beauté ancestraux au fil des collections permanentes mais aussi d'éditions limitées. En 2020, la marque célébrera les deux décennies de l'ouverture de sa première boutique dans la ville aux mille et un canaux. L'occasion rêvée de la mettre au centre d'une ligne exclusive imaginée en partenariat avec le Rijksmuseum. Un hommage à l'Asie, toujours, mais sous le prisme de ce que l'Europe en découvrit d'abord, au gré de ce que ramenaient autrefois les marchands. Les épices, les fleurs exotiques, la porcelaine et les étoffes précieuses se traduisent ici par un sillage bâti autour d'un accord tulipe-poivre noir-bois de santal, rehaussé par le peps du yuzu. Un parfum décliné dans neuf textures stars, dont le packaging est inspiré des célèbres faïences de Delft exposées au Rijks.

© jeroenvanderspek.com / SDP

© SDP

Alerte à Malibu

Puisqu'elle vient de quitter son port d'attache bruxellois pour la Cité des Anges, Californie, elle s'est laissé inspirer par le soleil de là-bas. Dès lors, l'Italo-Belge Carolina Pizzutilo revêt les corps des naïades de maillots et de Bikinis Desert Dream, la deuxième collection de son label Anna Maria Blanco. Un nom qui n'a rien d'anodin: c'est celui de sa mère qui, avant de mourir, lui a donné sa bénédiction, elle qui ne jurait que par le une-pièce pour sa fille mais désespérait d'en trouver un à son goût. La créatrice a fait sien le mantra de cette femme qu'elle admirait - "Continuer là où les autres s'arrêtent" - et pense un swimwear qui, c'est selon, monte haut sur les hanches, dévoile les fesses, la joue sportive et aime la monochromie. Parfait pour le grand splash.

www.annamariablanco.com

© KELLE RAMSEY /SDP

Délices en brumes

L'arrivée de l'été rime avec l'envie d'un sillage plus léger, d'un autre geste de parfumage aussi - on sait que le cocktail alcool-soleil sur la peau peut être explosif. A ce titre, les brumes pour cheveux ont tout bon: on en use et en abuse sans risque, qu'il s'agisse de la version "mist" de son parfum préféré ou d'un jus de saison fleurant bon la vanille, le monoï ou la coco. Si de plus en plus de best-sellers se déclinent aujourd'hui en formule light, la parfumerie de niche s'y met également. Davantage respectueuses de la fibre capillaire qu'une fragrance classique, les brumes sont moins concentrées en parfum... ce qui les rend plus accessibles. Et les formats compacts s'emportent partout.

1. Brume cheveux sublimatrice Alien, Thierry Mugler, 36?50 euros les 30 ml / 2. Brume parfumante cheveux A la Rose, Maison Francis Kurkdjian, 55 euros les 70 ml (disponible chez Senteurs d'Ailleurs) / 3. Brume cheveux La Petite Robe Noire, Guerlain, 47 euros les 30 ml / 4. Brume cheveux délicate Arlésienne, L'Occitane en Provence, 17 euros les 50 ml / 5. Brume pour cheveux Carnal Flower, Frédéric Malle, 155 euros les 100 ml (disponible chez Senteurs d'Ailleurs) / 6. Hair Mist Narciso, Narciso Rodriguez, 35,90 euros les 30 ml © SDP

Buller arty

Si vous avez loupé son Rabbit en acier moulé, parti pour 91 millions d'euros chez Christie's en mai dernier, vous pourrez toujours vous rabattre sur une version (réellement) gonflable du chien de Jeff Koons - nettement plus pratique pour chiller dans la piscine.

  • Giant Balloon Animal Pool Float de BigMouth Inc.

© SDP