1993

C'est au retour d'un voyage au Japon que Philippe Cassegrain, fils du fondateur de la maison Longchamp, imagine Le Pliage. Une forme trapézoïdale, une fermeture à glissière, deux oreilles, deux poignées et un rabat. Le tout en Nylon décli...

C'est au retour d'un voyage au Japon que Philippe Cassegrain, fils du fondateur de la maison Longchamp, imagine Le Pliage. Une forme trapézoïdale, une fermeture à glissière, deux oreilles, deux poignées et un rabat. Le tout en Nylon décliné dans de nombreuses couleurs. Le succès est immédiat. Après de nombreuses années de recherche et développement, la maison de maroquinerie met au point une déclinaison en cuir de ce best-seller. Une peau douce, souple et résistante, qui se replie exactement comme la version en toile. Sans faux pli.Ce modèle iconique est proposé en quatre tailles, deux finitions de bouclerie, douze coloris de cuir et huit de doublure. Soit un nombre impressionnant de combinaisons possibles.Quarante pièces composent chaque exemplaire du sac, dont 25 sont en cuir et sont assemblées minutieusement dans les ateliers de la maison. Depuis 2013, Le Pliage en cuir est personnalisable, avec options de marquage avec des lettres, symboles et chiffres. Il faut compter sept semaines pour réaliser un exemplaire unique, un délai indispensable pour sélectionner les cuirs dans les couleurs demandées, le couper, piquer, teinter et l'assembler avec les finitions voulues.C.PL.