Cette crise les a forcés à lever le pied et à retrouver une ambiance proche de leurs débuts au milieu des années 80, ont expliqué à l'AFP les deux créateurs au cours d'un entretien dans un magnifique palais de la griffe à Milan à l'occasion du tournage de mini-films pour les collections haute couture.

Ces vidéos, sur le thème --cher à la maison-- de la famille, sont diffusées en ligne et proposées en lieu et place du traditionnel défilé, Covid oblige.

Comment vivez-vous en tant que créateurs cette période très particulière ?

Stefano Gabbana: "Domenico et moi sommes deux personnes positives, nous ne sommes pas laissés abattre par le fait qu'on ne pouvait pas faire certaines choses. Mais bien sûr, tout est plus difficile.

Mais je dois rappeler que quand la marque est née en 1984, nous n'avions que 3 millions de lires (1.500 euros). Nous faisions des manteaux à partir de molleton parce que nous ne pouvions pas les faire en cachemire, nous faisions des vêtements en jersey faute d'argent pour acheter des tissus plus précieux. C'est une situation que l'on peut comparer à celle d'aujourd'hui: nous ne pouvons pas acheter cela, faire cela. Cela aiguise l'inventivité. Quand Domenico et moi sommes sous pression, nous donnons le meilleur de nous-mêmes. Nous aimons les défis.

Domenico Dolce: "Ceci fait partie de l'"italianité". Nous sommes vraiment italiens à 1.000%. Dans les moments de catastrophe, il faut recourir à l'inventivité, la créativité, ne pas s'arrêter, ne pas pleurer sur son sort, il faut réagir, avec optimisme, positivité".

Quand Domenico et moi sommes sous pression, nous donnons le meilleur de nous-mêmes.

La situation est compliquée pour le secteur du luxe qui va voir cette année ses ventes chuter de plus de 20% mondialement. Comment cela se passe-t-il pour votre maison?

Stefano Gabbana: "La majeure partie du travail se fait en ligne. Dans certains pays, les magasins sont ouverts comme en Chine, dans d'autres non, notamment en Europe et aux Etats-Unis. Nous avons enregistré une croissance de 170% en quatre mois sur l'e-commerce, car tout le monde achète de cette manière. Il y a un côté positif à cette situation, on s'adapte à un nouveau mode d'acquisition, qui était déjà très développé aux Etats-Unis et en Amérique du Sud".

Comment avez-vous pu réaliser cette collection haute couture?

Stefano Gabbana: "Nous avons toutes les ressources humaines en interne, les couturiers (ières), les brodeurs (euses), tout est fait à Milan. Nous avons réussi lentement à le faire, nous n'étions pas certains d'y parvenir.

Avant "on avait trop de choses à faire, le rythme était frénétique, là il s'est ralenti

Domenico Dolce: "Les défilés haute couture sont prévus généralement six mois, voire un an à l'avance (...) Nous nous sommes demandés: qu'est-ce qui est important en ce moment? Faire un défilé classique nous semblait un peu inutile, un peu stérile. Au début Stefano était pour faire quelque chose, moi un peu contre. Je ne voulais rien faire, mais lui a insisté. Pour nous, cette collection a été thérapeutique. Peut-être que cette situation qui nous a bloqués d'un certain côté nous a débloqués de l'autre. Nous nous sommes sentis libres de rompre les règles".

Les deux stylistes italiens, liés au delà du couple qu'ils formèrent. , Reuters
Les deux stylistes italiens, liés au delà du couple qu'ils formèrent. © Reuters

Stefano Gabbana: Dans cette collection "nous avons proposé des vêtements plutôt classiques, comme une petite robe noire, pour les femmes plus mûres (...), mais pour les plus jeunes nous avons cassé tout ce qu'il était possible de casser et nous avons reconstruit, d'une manière complètement nouvelle".

Est-ce que la crise a changé votre façon de travailler?

Stefano Gabbana: Avant "on avait trop de choses à faire, le rythme était frénétique, là il s'est ralenti".

Domenico Dolce: "Il y avait cette angoisse du faire, de manquer de temps, maintenant --et cela nous rend très heureux-- nous avons le temps de penser. Nous sommes revenus comme dans les années 1985-86 (...) Nous avons retrouvé le bonheur de savourer notre travail".

Cette crise les a forcés à lever le pied et à retrouver une ambiance proche de leurs débuts au milieu des années 80, ont expliqué à l'AFP les deux créateurs au cours d'un entretien dans un magnifique palais de la griffe à Milan à l'occasion du tournage de mini-films pour les collections haute couture.Ces vidéos, sur le thème --cher à la maison-- de la famille, sont diffusées en ligne et proposées en lieu et place du traditionnel défilé, Covid oblige.Stefano Gabbana: "Domenico et moi sommes deux personnes positives, nous ne sommes pas laissés abattre par le fait qu'on ne pouvait pas faire certaines choses. Mais bien sûr, tout est plus difficile.Mais je dois rappeler que quand la marque est née en 1984, nous n'avions que 3 millions de lires (1.500 euros). Nous faisions des manteaux à partir de molleton parce que nous ne pouvions pas les faire en cachemire, nous faisions des vêtements en jersey faute d'argent pour acheter des tissus plus précieux. C'est une situation que l'on peut comparer à celle d'aujourd'hui: nous ne pouvons pas acheter cela, faire cela. Cela aiguise l'inventivité. Quand Domenico et moi sommes sous pression, nous donnons le meilleur de nous-mêmes. Nous aimons les défis.Domenico Dolce: "Ceci fait partie de l'"italianité". Nous sommes vraiment italiens à 1.000%. Dans les moments de catastrophe, il faut recourir à l'inventivité, la créativité, ne pas s'arrêter, ne pas pleurer sur son sort, il faut réagir, avec optimisme, positivité".Stefano Gabbana: "La majeure partie du travail se fait en ligne. Dans certains pays, les magasins sont ouverts comme en Chine, dans d'autres non, notamment en Europe et aux Etats-Unis. Nous avons enregistré une croissance de 170% en quatre mois sur l'e-commerce, car tout le monde achète de cette manière. Il y a un côté positif à cette situation, on s'adapte à un nouveau mode d'acquisition, qui était déjà très développé aux Etats-Unis et en Amérique du Sud".Stefano Gabbana: "Nous avons toutes les ressources humaines en interne, les couturiers (ières), les brodeurs (euses), tout est fait à Milan. Nous avons réussi lentement à le faire, nous n'étions pas certains d'y parvenir.Domenico Dolce: "Les défilés haute couture sont prévus généralement six mois, voire un an à l'avance (...) Nous nous sommes demandés: qu'est-ce qui est important en ce moment? Faire un défilé classique nous semblait un peu inutile, un peu stérile. Au début Stefano était pour faire quelque chose, moi un peu contre. Je ne voulais rien faire, mais lui a insisté. Pour nous, cette collection a été thérapeutique. Peut-être que cette situation qui nous a bloqués d'un certain côté nous a débloqués de l'autre. Nous nous sommes sentis libres de rompre les règles".Stefano Gabbana: Dans cette collection "nous avons proposé des vêtements plutôt classiques, comme une petite robe noire, pour les femmes plus mûres (...), mais pour les plus jeunes nous avons cassé tout ce qu'il était possible de casser et nous avons reconstruit, d'une manière complètement nouvelle".Stefano Gabbana: Avant "on avait trop de choses à faire, le rythme était frénétique, là il s'est ralenti".Domenico Dolce: "Il y avait cette angoisse du faire, de manquer de temps, maintenant --et cela nous rend très heureux-- nous avons le temps de penser. Nous sommes revenus comme dans les années 1985-86 (...) Nous avons retrouvé le bonheur de savourer notre travail".