Cristiana Ruelle, une autre membre du conseil d'administration, et Luciano Patelli, le comptable des créateurs, sont également menacés de prison. La plainte à l'encontre de Dolce & Gabbana concerne une affaire d'évasion fiscale datant de 2004.

Dolce & Gabbana sont accusés d'évasion fiscale pour avoir vendu leur label à l'entreprise luxembourgeoise Gado, également à leur nom. Les autorités italiennes soupçonnent les créateurs d'avoir voulu échapper aux impôts italiens élevés. Elles les accusent d'avoir fraudé 400 millions d'euros d'impôts. Ceux-ci nient catégoriquement. En avril dernier, le duo a déjà été condamné à une amende gigantesque de 343,4 millions d'euros. Pour l'instant, on ignore encore la date définitive du jugement. À suivre donc.

AV/Trad. CB