"Cherchez le garçon" disait la bande son du final du défilé Prada qui semblait bel et bien l'avoir retrouvé.

Prada, Imaxtree
Prada © Imaxtree

Après plusieurs saisons de confusion des genres assumées, la papesse de la mode a remis l'homme et lui seul au centre de son show en décidant de ne plus présenter en même temps sa précollection féminine. Dans un décor comme toujours spectaculaire, cette fois sous forme de comic strip futuriste en 3D dont les motifs se retrouvaient sur certains imprimés, les basiques de la garde-robe masculine - en ce compris un jumpsuit façon bleu de travail de mécano mais de toutes les couleurs - se sont imposés comme les rois de la danse. Une façon comme une autre de laisser l'homme reprendre ses marques dans une mode masculine de plus en plus sous l'emprise des codes du vestiaire féminin.

Emperio Armani, Imaxtree
Emperio Armani © Imaxtree

Si Giorgio Armani n'a jamais succombé à cette tendance, au contraire, ce sont plutôt les silhouettes féminines qui chez lui s'inspirent du dressing homme, on croisait parfois quelques filles assorties à leurs compagnons de catwalk mais il n'en était rien cette fois et ce dans les deux lignes du créateur italien qui a même dédié sa collection Emporio Armani à la passion qu'il voue au Japon, un pays qu'il a découvert il y a 35 ans en compagnie de Karl Lagefeld.

MSGM, Imaxtree
MSGM © Imaxtree

Chez MSGM et N°21, on était toujours "men only", avec des collections empreintes de décontraction et de fantaisie, dans les deux cas la plage et les vacances tenant lieu de sources d'inspiration.

N 21, Imaxtree
N 21 © Imaxtree

Plus urbain, l'homme Fendi n'aura de cesse que d'alléger littéralement sa silhouette grâce à des jeux surprenant de matières, de la toile de parachute notamment et de l'organza imprimé laissant deviner par transparence ce qui se cache en dessous.

Fendi , Imaxtree
Fendi © Imaxtree

Chez Salvatore Ferragamo, c'est un peu comme si la douceur lancinante des soirs d'été s'invitait sur le catwalk, la bande son répétitive d'Eden Ahbez y étant sûrement pour quelque chose comme ces shorts et manteaux de velours couleur d'automne que l'on a presque envie de caresser.

"Cherchez le garçon" disait la bande son du final du défilé Prada qui semblait bel et bien l'avoir retrouvé. Après plusieurs saisons de confusion des genres assumées, la papesse de la mode a remis l'homme et lui seul au centre de son show en décidant de ne plus présenter en même temps sa précollection féminine. Dans un décor comme toujours spectaculaire, cette fois sous forme de comic strip futuriste en 3D dont les motifs se retrouvaient sur certains imprimés, les basiques de la garde-robe masculine - en ce compris un jumpsuit façon bleu de travail de mécano mais de toutes les couleurs - se sont imposés comme les rois de la danse. Une façon comme une autre de laisser l'homme reprendre ses marques dans une mode masculine de plus en plus sous l'emprise des codes du vestiaire féminin. Si Giorgio Armani n'a jamais succombé à cette tendance, au contraire, ce sont plutôt les silhouettes féminines qui chez lui s'inspirent du dressing homme, on croisait parfois quelques filles assorties à leurs compagnons de catwalk mais il n'en était rien cette fois et ce dans les deux lignes du créateur italien qui a même dédié sa collection Emporio Armani à la passion qu'il voue au Japon, un pays qu'il a découvert il y a 35 ans en compagnie de Karl Lagefeld. Chez MSGM et N°21, on était toujours "men only", avec des collections empreintes de décontraction et de fantaisie, dans les deux cas la plage et les vacances tenant lieu de sources d'inspiration.Plus urbain, l'homme Fendi n'aura de cesse que d'alléger littéralement sa silhouette grâce à des jeux surprenant de matières, de la toile de parachute notamment et de l'organza imprimé laissant deviner par transparence ce qui se cache en dessous.Chez Salvatore Ferragamo, c'est un peu comme si la douceur lancinante des soirs d'été s'invitait sur le catwalk, la bande son répétitive d'Eden Ahbez y étant sûrement pour quelque chose comme ces shorts et manteaux de velours couleur d'automne que l'on a presque envie de caresser.