Paris Fashion Week: Lanvin, Margiela, Dior : l'élégance des proportions

Paris Fashion Week: Lanvin, Margiela, Dior : l'élégance des proportions
Pas de défilé, mais une présentation sous forme de tableaux vivants, pour le Belge Bernhard Willhelm. Une atmosphère complètement déjantée, délirante et à mille lieux des conventions. Inspirations japonisantes, matinées de touches punk et surréalistes. Des robes drapées légèrement asymétriques dans des tissus plus rugueux que doux. Les hommes, quant à eux, ont de drôles de combinaisons courtes façon Marcel en décolleté, un peu comme celles des haltérophiles. Sexy ? Heu... © E.Tordoir

Tous les défilés parisiens sur Catwalk Weekend

bernard11946728479841194672847867_LW_v2 © E.Tordoir

Pas de défilé, mais une présentation sous forme de tableaux vivants, pour le Belge Bernhard Willhelm. Une atmosphère complètement déjantée, délirante et à mille lieux des conventions. Inspirations japonisantes, matinées de touches punk et surréalistes. Des robes drapées légèrement asymétriques dans des tissus plus rugueux que doux. Les hommes, quant à eux, ont de drôles de combinaisons courtes façon Marcel en décolleté, un peu comme celles des haltérophiles. Sexy ? Heu...

Défilé Dior © E.Tordoir

John Galliano reprend le thème des jolies cavalières, déjà exploité dans le défilé Dior haute-couture printemps-été 2010. Des pantalons jodhpurs déjà beaucoup vus par ailleurs, des petites vestes d'écuyère, des cols aristocratiques, du tweed et quelques motifs à carreaux.

Défilé Dior © E.Tordoir

Mais si la femme Dior sait monter à cheval, elle n'en est pas moins une libertine, séduite par les poètes romantiques du 18e Siècle. Son manteau s'ouvre sur une robe-chemise en mousseline et dentelle, sur une robe du soir transparente au drapé asymétrique ou à volants. Délicat.

Défilé Maison Martin Margiela © E.Tordoir

Dans la Halle Freyssinet où s'est installée Maison Martin Margiela pour son show, on trouve des centaines de chaises différentes. Effet récup, sans doute. Dans sa prochaine collection hivernale, la griffe s'interroge sur les contours de la silhouette féminine. On vous fait l'impasse sur ces pantalons composés uniquement d'un devant. Aussi immettables a priori qu'inesthétiques. Par contre, ces vestes coupées au couteau sont belles dans leur simplicité. Avec les proportions déformées des manches, version 2D, on pourrait croire que l'oiseau est près de prendre son envol.

Maison Martin Margiela © E.Tordoir

Autre élément repris de la garde-robe masculine: ces pantalons droits, dans lesquels les tops flottent par un effet d'optique margiellienne. Coups de coeur pour ces pochettes boîte à carton (en vrai, en cuir) et les accessoires bijoux : les boutons de manchette deviennent des bagues ou bracelets ; les bracelets de montre, des maxi-ceintures ; les porte-clés, des colliers...

Maison Martin Margiela © E.Tordoir

La fourrure version Maison Martin Margiela, cela donne ça! LOL.

Défilé Lanvin © E.Tordoir

Le défilé Lanvin est toujours un des plus applaudi et apprécié. A raison. Cette fois, Albert Elbaz revisite ses classiques et ses drapés, en prenant soin de leur donner un côté graphique et asymétrique, grâce aux matières rigides. Les lignes sont épurées, les proportions revisitées. Le créateur fait par exemple démarrer la manche d'un manteau bien plus bas que nécessaire. Il brouille les contours, cache la femme sous un cocon protecteur et volumineux.

Lanvin © E.Tordoir

Les colliers plastrons géométriques de Lanvin sont toujours aussi splendides.

Lanvin © E.Tordoir

Les tops défilent, avec un carré noir à la Cléopâtre, identique à celui de l'égérie de la saison Jamie Bochert. Quand tombe la nuit, elles se parent de plumes, de strass, pierres et sequins. Tout ça à la fois. Des silhouettes chargées, qui contrastent parfaitement avec l'épure du début du défilé. Quant à la palette de couleurs, elle est automnale : marron, gris, bordeaux, noir, ocre, vert foncé...

Défilé Véronique Leroy © E.Tordoir

La femme Véronique Leroy est une jolie bourgeoise qui ne se laisse pas conter. Dans ses petits tailleurs chauds et épais, elle veille à être toujours élégante, dans ses escarpins blancs à bouts pointus. Le tout avec un brin d'originalité, de twist et de loose: si ses looks sont épurés, les proportions et la coupe sont légèrement chamboulées. Outre des teintes monochromes dans les bruns et camel, la créatrice belge propose de beaux imprimés camouflage, qui conviennent à merveille à de petite robes droites resserrées par une chaîne ceinture.

Défilé Isabel Marant © E.Tordoir

Isabel Marant a le don pour présenter avec talent une femme urbaine, qui assume avec une allure cool les tendances de la saison prochaine : perfecto en cuir sans manches, blouson brocarts, jean skinny roulé sur les chevilles, des sequins et paillettes, du lamé or, des robes pull rayées en Lurex, des touches de rouge, un peu de fourrure... C'est sexy et shiny, mais pas trop. Pile poil dans l'air du temps. Toutes les photos de ces défilés sur Catwalk Weekend.