On y montre actuellement le travail de Yoshitaka Amano. Ce dessinateur japonais (né en 1952, à Shizuoka, près du Mont Fuji) est essentiellement connu pour ses illustrations de mangas (dont Vampire Hunter D. série commencée en 1983), ses films d'animation et surtout la modélisation en tant que "character designer" des personnages du jeu vidéo Final Fantasy. Objet d'un véritable fanatisme geek, l'artiste se fond pourtant dans l'espace 1900 imaginé par Victor Horta avec une singulière harmonie - on sait ce que l'Art Nouveau, saisi de japonisme, doit au Pays du Soleil Levant. Amano est venu repérer les lieux et ça se sent. On s'arrêtera particulièrement dans la chambre (voir photo ci-dessus), où une lithographie noire, blanche, rouge, à l'érotisme latent, répond à merveille à la vidéo de femme au bain diffusée dans la salle de bain adjoignant la pièce. De l'art d'accommoder les gestes. Coup de coeur, donc.

Yoshitaka Aman à la Maison Autrique, 266, chaussée de Haecht à 1030 Bruxelles. Jusqu'au 31 janvier prochain. www.autrique.be

Baudouin Galler

On y montre actuellement le travail de Yoshitaka Amano. Ce dessinateur japonais (né en 1952, à Shizuoka, près du Mont Fuji) est essentiellement connu pour ses illustrations de mangas (dont Vampire Hunter D. série commencée en 1983), ses films d'animation et surtout la modélisation en tant que "character designer" des personnages du jeu vidéo Final Fantasy. Objet d'un véritable fanatisme geek, l'artiste se fond pourtant dans l'espace 1900 imaginé par Victor Horta avec une singulière harmonie - on sait ce que l'Art Nouveau, saisi de japonisme, doit au Pays du Soleil Levant. Amano est venu repérer les lieux et ça se sent. On s'arrêtera particulièrement dans la chambre (voir photo ci-dessus), où une lithographie noire, blanche, rouge, à l'érotisme latent, répond à merveille à la vidéo de femme au bain diffusée dans la salle de bain adjoignant la pièce. De l'art d'accommoder les gestes. Coup de coeur, donc. Yoshitaka Aman à la Maison Autrique, 266, chaussée de Haecht à 1030 Bruxelles. Jusqu'au 31 janvier prochain. www.autrique.be Baudouin Galler