20 ans
...

20 ans"Je ne parviens pas à croire que cela fait 20 ans, s'amuse Sandra Choi, directrice de la création de Jimmy Choo. On a grandi si vite que je n'ai pas eu l'occasion de me poser et de regarder en arrière pour réfléchir à ce que nous avons réussi. Le plus étrange, c'est qu'il m'est impossible de me remémorer ma vie par dates, je peux juste visualiser comment j'étais chaussée alors."1996"Je débute chez mon oncle Jimmy Choo qui réalise des souliers sur mesure dans le quartier de l'East End de Londres. J'ai tant de respect pour ses talents de chausseur, c'était un expert, un véritable artisan, il portait une attention méticuleuse aux détails, de la forme jusqu'aux finitions. Il a instillé tout cela en moi, dès le début, il m'a appris les principes fondamentaux de la fabrication d'une paire faite à la main."Central Saint Martins"Je savais que c'était l'endroit où il fallait que j'étudie si je voulais m'aventurer dans le monde de la mode, à l'instar des grands designers qui avaient fréquenté cette école avant moi. J'ai aimé ces moments passés à Central Saint Martins, même s'ils furent assez courts finalement, parce que lors de la première année, j'ai réalisé que j'avais cette opportunité magnifique de travailler dans le studio de mon oncle. J'ai alors décidé d'arrêter mes études et de commencer ma carrière, je suis heureuse d'avoir pris cette décision, parce que je suis toujours là. Même si parfois j'ai quelques regrets de ne pas avoir vécu la vie d'étudiante, libre, remplie de ces relations particulières que l'on noue avec ses pairs."1998"C'est l'année où nous ouvrons nos premières boutiques aux Etats-Unis, d'abord à New York puis à Beverly Hills, au début de 1999. Cela a donné le ton, nous allions devenir un label international, nous posions les jalons de notre futur."Anniversaire"Pour l'occasion, j'ai dessiné la collection Memento, qui rend hommage au style de Jimmy Choo et aux différents moments qui font date. Les vingt chaussures et sacs de cette capsule célèbrent notre héritage très glamour, beaucoup de nos créations ont été admirées sur red carpet."Inspiration"Je suis sans cesse inspirée par la façon qu'a la nature d'être créative. Nous avons une maison à la campagne, près de Bath, dans laquelle je m'échappe presque tous les week-ends. Je trouve cela fascinant de pouvoir se laver la tête et se laisser emporter par des idées neuves. Chaque collection débute par une image ou une référence, puis prend son envol à travers un mood board. J'aime le dessin à main levée mais ce n'est pas franchement pratique de concevoir une collection de la taille de la nôtre de cette façon... Et évidemment, toucher et sentir les matériaux, c'est toujours important, créer est un processus sensoriel."Une paire au musée"S'il fallait en choisir une ? C'est difficile ! Nous avons été tellement émus et honorés que le Victoria & Albert Museum de Londres nous choisisse pour trôner dans leur exposition Shoes : Pleasure and Pain. Avec, notamment, cette sandale devenue célèbre, celle avec une plume que portait Carrie Bradshaw dans Sex and the City, dans cet épisode où elle crie : "I lost my Choo." Et si je peux en choisir une deuxième, j'ajouterais aussi Anouk, la quintessence du stiletto, éternel, glamour et chic naturellement.Talons hauts ou plats ?"Les deux. Je porte souvent du plat durant la journée, surtout quand je suis à la maison avec mes filles et que je tente de les entraîner dehors le matin ou quand je suis à la campagne. Mais je suis petite et j'aurai toujours besoin de talons hauts dans ma vie."Red carpet"C'est comme un conte de fées, un podium global avec le monde entier qui a les yeux fixés dessus. Et puis cela montre le pouvoir des chaussures qui transforment les êtres émotionnellement et physiquement."Printemps-été 2017"J'ai d'abord songé à tous ces phénomènes fantastiques dont la nature est la seule et unique créatrice, à toutes ces choses magnifiques et extraordinaires. Le XXIe siècle avance à une allure si rapide que l'on oublie souvent de s'arrêter pour admirer les merveilles qui nous entourent. J'ai tenté de capter la sensibilité qu'il faut embrasser pour prendre conscience de cette beauté : être capable de regarder sous un autre angle pour la percevoir, et, dans un certain sens, pour l'incarner."La croisière s'amuse"J'avais en tête cette douce sensation de vertige qu'un enfant peut ressentir lorsqu'il doit faire un choix face à un étalage de bonbons. Je voulais apporter une touche irrésistible de mise en scène et d'espièglerie à l'ensemble de la collection Croisière. Vous n'avez qu'à choisir une paire de souliers ou un sac selon votre humeur et les accompagner de pompons, de broches ou de bijoux en cristal Swarovski sélectionnés dans notre alléchant menu. Je suis passionnée par l'artisanat et la créativité, j'avais envie d'offrir à nos clientes la chance de profiter de cette fabuleuse expérience."74,6 kmOu 46,4 miles de red carpet foulés par des Jimmy Choo en vingt ans de bons et loyaux services. Soit l'équivalent d'une petite promenade durant les cérémonies les plus courues (Oscars, Golden Globes, Bafta, Emmys, Grammys et Cannes), qui démarre au Dolby Theatre, avec arrêt au Shrine Auditorium puis au Beverly Hilton avant de revenir à la case départ puis de repartir pour un deuxième tour.145 mmC'est la hauteur des talons des sandales Vita, Koko et Kalpa créées respectivement en 2011, 2012 et 2013. Pour info, en 1990, la Sibyl s'envolait à 85 mm seulement...Merci Cate, Diana et MichelleCate Blanchett fut la première star hollywoodienne à porter Jimmy Choo sur le tapis rouge des Academy Awards en 1999, elle était alors nominée "Meilleure actrice" pour son rôle dans le film Elizabeth. La princesse Diana fréquenta l'atelier en pionnière, au dîner de gala du Field Museum d'histoire naturelle de Chicago, en 1996, elle était en Jimmy Choo. La First Lady Michelle Obama ouvrit le bal inaugural de la présidence de son Barack de mari en Dale, 75 mm de talons, crêpe de chine ivoire et open-toe.