Fidélité

"Depuis quatre ans, il y a beaucoup de choses que j'ai remises en question mais ce que je n'ai jamais changé, c'est mon équipe: je travaille toujours avec le même façonnier, le même fournisseur et les mêmes personnes, c'est important, cela joue sur la consolidation de mon image et cela permet d'avoir des collections régulières, cohérentes et fidèles les unes par rapport aux autres. Je tiens à cette durabilité."

Asie

"Je rentre d'un voyage de trois mois avec mon compagnon vietnamien et notre fils à travers l'Asie. J'avais besoin de prendre un peu de distance par rapport à ma marque, de retrouver la créativité et la spontanéité de mes débuts. Or, ce continent m'a toujours inspirée, que ce soit dans les coupes des vêtements, dans les tissus et les matières premières, dans l'esthétique des images."

Chiner

"J'ai toujours chiné, depuis que je suis petite, je fréquente les brocantes. Cela me procure une telle excitation, trouver un trésor, j'adore ça. Ce qui arrête mon regard? Les couleurs, le bois travaillé, tous ces objets qui ont été faits avec beaucoup d'amour et de temps. Quand je cherche un tissu chez un fournisseur, ma démarche est la même, essayer de dénicher l'étoffe qui fera vivre le vêtement et ressentir la même émotion que pour un tissu ancien. Dans le futur, j'aimerais chiner des accessoires et les faire revivre à travers mes vêtements."

© AMÉLIE AMBROISEA

Digital

"J'ai mis en place un e-shop il y a six mois et cela m'a permis de découvrir que mes vêtements plaisent à l'international. Les Etats-Unis, l'Angleterre, la Suisse et les Pays-Bas arrivent en tête, devant la Belgique. Mes clientes m'écrivent, me disent à quel point elles sont heureuses de leur achat, j'aime ce rapport direct. De même, le pop-up me permet de garder le lien avec ma clientèle belge - créativement, c'est stimulant."

No waste

"J'essaie de consommer moins dans ma vie privée, je pratique le zéro déchet chez moi et dans mes collections, je cherche des solutions pour ne pas polluer. Ma production est locale, dessinée en Belgique et fabriquée en France dans des tissus japonais. J'utilise les chutes pour mes tote bags et aussi ce que j'appelle mes "tissus endormis" issus des stocks mais qui n'ont pas suscité de production. La prochaine collection sera 100% bio... Je ne vais pas changer la mode mais j'essaie à mon échelle de faire ce que je peux."

Pop-up au Petit refuge, 668, chaussée de Saint-Job, à 1180 Bruxelles. Jusqu'au 29 juin, tous les mercredis, vendredis et samedis de midi à 19 heures. www.roxanebaines.com