Décembre 2003 : Paris Hilton, héritière de l'empire hôtelier du même nom, est l'héroïne d'un show de télé-réalité, The Simple Life, avec sa meilleure amie Nicole Richie.
...

Décembre 2003 : Paris Hilton, héritière de l'empire hôtelier du même nom, est l'héroïne d'un show de télé-réalité, The Simple Life, avec sa meilleure amie Nicole Richie. But du jeu pour les deux "filles de" : quitter le luxe et survivre à la ferme, sans téléphone portable ni liasses de dollars. Juchées sur des talons aiguilles et moulées dans des robes rose fluo, les deux jet-setteuses font marrer l'Amérique en tentant de mener une vie "normale". Si la série de cinquante-trois épisodes fait connaître l'aînée des Hilton au grand public, elle starifie aussi son chihuahua de 2 ans, que Paris prend soin de glisser sous son bras quand elle laboure les champs. Tinkerbell, c'est son atout charme, l'accessoire qui lui va le mieux, même quand il n'est pas assorti à son look du jour.Paparazzé à chacune de ses sorties, le duo inspire la planète people. Britney Spears, Madonna, Eva Longoria... ont vite fait d'adopter un chien mini-format, qu'elles trimballent de leur sac Gucci au siège passager de leur SUV. A Hollywood, les V.I.P. défilent et les adoptions canines se déclinent : Justin Timberlake s'entiche de deux bébés rottweilers, Miley Cyrus ne court plus sans son beagle, Jennifer Aniston embarque son terrier en tournage, mais aucune de ces boules de poils ne détrône alors le roi Tinky... du moins jusqu'au 26 janvier dernier. Ce jour-là, Cara Delevingne, mannequin parmi les plus convoités, prend ses quartiers en front row du défilé Chanel haute couture. A ses pieds, une autre gravure de mode : Leo, son shiba d'origine japonaise. Le chiot, qui a la fougue de sa maîtresse, n'assistera pas au défilé, mais les photographes ont largement le temps d'immortaliser la scène, et les journalistes, de relayer l'anecdote sur Twitter et Instagram. Sur son compte personnel, Cara reposte rapidement une de leurs photos. Nombre de likes : 970 000 ! En quelques heures à peine, Leo est érigé au rang de star et l'it girl a rempli sa mission, attirer l'attention du public sur un sujet qui lui est cher, et pour lequel elle milite depuis longtemps : la défense des animaux. Le message passe et finit d'asseoir la popularité de la petite Britannique, qui en plus d'être fun et jolie, est désormais profondément humaine.Bêtes de modeCara Delevingne n'est pas la première fashion personnalité à clamer son amour pour la gent canine. Alexander McQueen considérait ses trois chiens comme "les amours de sa vie" et invitait régulièrement "ses bébés" à saluer à ses côtés, en clôture de défilé. Dans son testament, le Londonien a d'ailleurs ordonné qu'on leur reverse la majeure partie de sa fortune, ainsi qu'à des associations de défense animale. Côté français, Yves Saint Laurent, pour ne citer que lui, affichait une passion sans faille pour le bouledogue du pays, dont il adoptera successivement quatre représentants, répondant tous au nom de Moujik. Les biopics consacrés au styliste illustrent sensiblement bien l'affection qu'il portait à ses compagnons poilus.Si les chiens ont toujours entretenu un lien ténu avec la fashion sphère, l'émergence des réseaux sociaux l'a rendu encore plus évident, permettant aux créateurs de vouer un culte public à leur mascotte préférée. A l'instar de Marc Jacobs, qui lançait un compte Instagram pour Neville, son bull-terrier, en février dernier. L'opération, première du genre, propulse le molosse au rang d'humain. Sur le réseau, Neville parle en "je", fait des gâteaux, se déguise en Père Noël, voyage en jet privé... Et ses 191 000 followers aiment ça. Les pouces se lèvent encore quand le canidé - qui n'a pas la gueule facile - enfile un blouson en jeans ou un noeud pap' signés Marc Jacobs. Le product placement ne dérange pas quand il est tendrement mis en scène. C'est que le chien a un capital sympathie énorme. Et qu'on finit par attribuer à ses maîtres les valeurs qu'il véhicule. Neville est cool et accessible, Marc Jacobs doit l'être aussi, tout autant que ses collections : voilà le message. La logique est implacable et peut rapporter gros. Résolument décidé à utiliser son toutou comme puissant outil marketing, le clan Jacobs vient d'ailleurs de publier un livre d'images qui lui est consacré. Résumé du bouquin : "Les photos Instagram de la vie glamour de Neville, superstar des réseaux sociaux et compagnon estimé du designer de mode Marc Jacobs." Une dédicace à la hauteur du héros, qui remplit sans broncher les caisses de papa. Fonction dans laquelle excelle aussi Bodhi, un shiba anonyme devenu égérie malgré lui.Quand le chien dépasse le maître"En janvier 2013, on a posté une photo de Bodhi sur Facebook, racontent ses propriétaires, Yena Kim et Dave Fung, dans l'ouvrage qu'ils lui consacrent aujourd'hui, Menswear Dog, The New Classics. On lui avait enfilé un cardigan en laine à col roulé. La photo a récolté plus de likes qu'on n'avait jamais comptés sur nos deux comptes confondus." Flatté, le couple new-yorkais décide de créer un Tumblr, Menswear Dog, qu'il alimente de nouveaux clichés de son chouchou. En quelques heures, le site bat des records d'audience et les premières marques requièrent les services du mannequin poilu pour porter leurs collections. Aujourd'hui, la peluche combine 1 million de followers, tous réseaux confondus. Ses propriétaires ont quitté leur job pour se consacrer à 100 % à leur héros stylé, qui pose entre autres pour Asos ou Salvatore Ferragamo. Il était leur animal de compagnie, Bodhi est désormais le garant officiel des revenus du ménage. Prochaine étape, pour le shiba starisé ? Une collection à son effigie ? Une collab' avec Neville Jacobs ? Tant que le public s'attendrira devant un chien portant une cravate et qu'il acceptera de consommer de la publicité "trop wouf", le business continuera inévitablement de faire des petits.PAR LAURANNE LAHAYE