C'est une démonstration de force du ministère de la Culture, qui a réuni des dizaines de créateurs indigènes dans l'immense parc des Pins (los Pinos), l'ancienne résidence des présidents mexicains rendue au public par l'actuel chef de l'Etat Andres Manuel Lopez Obrador.

Jusqu'à dimanche, cette foire intitulée "Original, l'art textile mexicain" propose à la vente des vêtements et des accessoires comme l'incontournable "huipil", blouse blanche traditionelle en tissu de coton aux motifs finement brodés.

., AFP
. © AFP
., AFP
. © AFP

Quand les températures tombent avec la nuit, le marché en plein air s'achève par deux défilés de mode aux allures de marches des fiertés indigènes, dans ce parc rebaptisé "résidence officielle du peuple du Mexique" par la ministre de la Culture Alejandra Frausto.

Le gouvernement a surtout voulu un rendez-vous militant contre le plagiat des motifs, des broderies et des couleurs chatoyantes des communautés du Chiapas ou de Oaxaca par des maisons de modes étrangères.

"Le plagiat n'est pas un hommage", a répété vendredi lors de l'inauguration Mme Frausto, en parlant de "vol".

La ministre se félicite d'avoir obtenu il y a un an des excuses de la part d'une styliste française, Isabelle Marant, qui avait utilisé les motifs traditionnels de la communauté Purepecha pour l'un de ses manteaux.

Un représentant de la maison Isabel Marant doit venir samedi parler directement avec des artisans indigènes, de même que celui d'une grande styliste espagnole, Agatha Ruiz De la Prada.

., AFP
. © AFP

Point d'accord

Vendredi, ce sont deux jeunes stylistes venus spécialement de Paris qui discutent autour d'une table avec Ignacio Netzahualcoyotl et sa compagne Christian Janat, à la tête d'un atelier dans l'Etat de Tlaxcala à l'est de Mexico.

"Le plagiat est le fruit d'une absence de communication. La communication permet de dégager des accords", résume M. Netzahualcoyotl après la rencontre.

., AFP
. © AFP
., AFP
. © AFP

"Nous demandons que notre travail soit payé de manière équitable. Le prix doit tenir compte du design, des patrons, du nombre d'heures travaillées...c'est ce dont nous avons parlé aujourd'hui avec ces deux stylistes", ajoute-t-il après avoir présenté aux deux Parisiens ses "sarape" (pièce de tissu ornementale).

., AFP
. © AFP
., AFP
. © AFP

"Nous voulons trouver un point d'accord avec les artisans avec qui nous allons travailler", ajoute du côté des stylistes parisiens Théophile Delaeter, co-créateur de la marque Calher Delaeter avec le franco-mexicain Alonso Calderon Hernandez.

La route est encore longue. Dans les allées du marché, les artisans indigènes se plaignent de découvrir sur internet des copies plus ou moins fines de leur tissu.

"Il faut appliquer la loi contre les auteurs de plagiat. C'est du vol"

"Il y a quelques mois, nous nous sommes battues, parce nous avons trouvé un "huipil" reproduit par ordinateur", s'offusque Candy Margarita de la Cruz Santiago, une jeune couturière de l'Etat du Oaxaca.

Des lois se mettent en place: "En accord avec de nouvelles dispositions que nous avons depuis l'année dernière, il est nécessaire d'avoir l'accord écrit des communautés quand ce genre d'art textile va être utilisé à des fins lucratives", explique un représentant de l'Institut national des droits d'auteur, Marco Antonion Morales Montes.

Le Mexique demande également une discussion au sein de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, ajoute-t-il. "Il faut appliquer la loi contre les auteurs de plagiat. C'est du vol", conclut une tisserande artisanale, Marta Serna Luis, 58 ans.

C'est une démonstration de force du ministère de la Culture, qui a réuni des dizaines de créateurs indigènes dans l'immense parc des Pins (los Pinos), l'ancienne résidence des présidents mexicains rendue au public par l'actuel chef de l'Etat Andres Manuel Lopez Obrador.Jusqu'à dimanche, cette foire intitulée "Original, l'art textile mexicain" propose à la vente des vêtements et des accessoires comme l'incontournable "huipil", blouse blanche traditionelle en tissu de coton aux motifs finement brodés.Quand les températures tombent avec la nuit, le marché en plein air s'achève par deux défilés de mode aux allures de marches des fiertés indigènes, dans ce parc rebaptisé "résidence officielle du peuple du Mexique" par la ministre de la Culture Alejandra Frausto. Le gouvernement a surtout voulu un rendez-vous militant contre le plagiat des motifs, des broderies et des couleurs chatoyantes des communautés du Chiapas ou de Oaxaca par des maisons de modes étrangères."Le plagiat n'est pas un hommage", a répété vendredi lors de l'inauguration Mme Frausto, en parlant de "vol".La ministre se félicite d'avoir obtenu il y a un an des excuses de la part d'une styliste française, Isabelle Marant, qui avait utilisé les motifs traditionnels de la communauté Purepecha pour l'un de ses manteaux.Un représentant de la maison Isabel Marant doit venir samedi parler directement avec des artisans indigènes, de même que celui d'une grande styliste espagnole, Agatha Ruiz De la Prada.Vendredi, ce sont deux jeunes stylistes venus spécialement de Paris qui discutent autour d'une table avec Ignacio Netzahualcoyotl et sa compagne Christian Janat, à la tête d'un atelier dans l'Etat de Tlaxcala à l'est de Mexico."Le plagiat est le fruit d'une absence de communication. La communication permet de dégager des accords", résume M. Netzahualcoyotl après la rencontre."Nous demandons que notre travail soit payé de manière équitable. Le prix doit tenir compte du design, des patrons, du nombre d'heures travaillées...c'est ce dont nous avons parlé aujourd'hui avec ces deux stylistes", ajoute-t-il après avoir présenté aux deux Parisiens ses "sarape" (pièce de tissu ornementale)."Nous voulons trouver un point d'accord avec les artisans avec qui nous allons travailler", ajoute du côté des stylistes parisiens Théophile Delaeter, co-créateur de la marque Calher Delaeter avec le franco-mexicain Alonso Calderon Hernandez.La route est encore longue. Dans les allées du marché, les artisans indigènes se plaignent de découvrir sur internet des copies plus ou moins fines de leur tissu."Il y a quelques mois, nous nous sommes battues, parce nous avons trouvé un "huipil" reproduit par ordinateur", s'offusque Candy Margarita de la Cruz Santiago, une jeune couturière de l'Etat du Oaxaca.Des lois se mettent en place: "En accord avec de nouvelles dispositions que nous avons depuis l'année dernière, il est nécessaire d'avoir l'accord écrit des communautés quand ce genre d'art textile va être utilisé à des fins lucratives", explique un représentant de l'Institut national des droits d'auteur, Marco Antonion Morales Montes.Le Mexique demande également une discussion au sein de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, ajoute-t-il. "Il faut appliquer la loi contre les auteurs de plagiat. C'est du vol", conclut une tisserande artisanale, Marta Serna Luis, 58 ans.