"Pour que Paris soit une des capitales de la mode et non de la souffrance animale, Fourrure Torture espère vivement que vous prendrez la décision de suivre l'exemple norvégien en n'acceptant plus dorénavant la fourrure sur les podiums", écrit Olivier Rafin, directeur de l'association de défense animale. Lundi, à l'issue du défilé de Stella Mc Cartney, une créatrice qui n'utilise pas de fourrure, ni de peau animale, l'association Peta avait présenté sur le parvis de l'opéra de Paris un court ballet dénonçant la souffrance animale. Une femme vêtue d'un manteau de vison était reniflée, traquée, mordue et tuée par des hommes portant des masques d'animaux. Selon l'association Peta, qui compte 2 millions d'adhérents dans le monde, des millions d'animaux sont tués chaque année pour leur fourrure dans le monde. Ils sont souvent dépecés vivants ou électrocutés pour conserver la qualité du poil.

Avec Belga

"Pour que Paris soit une des capitales de la mode et non de la souffrance animale, Fourrure Torture espère vivement que vous prendrez la décision de suivre l'exemple norvégien en n'acceptant plus dorénavant la fourrure sur les podiums", écrit Olivier Rafin, directeur de l'association de défense animale. Lundi, à l'issue du défilé de Stella Mc Cartney, une créatrice qui n'utilise pas de fourrure, ni de peau animale, l'association Peta avait présenté sur le parvis de l'opéra de Paris un court ballet dénonçant la souffrance animale. Une femme vêtue d'un manteau de vison était reniflée, traquée, mordue et tuée par des hommes portant des masques d'animaux. Selon l'association Peta, qui compte 2 millions d'adhérents dans le monde, des millions d'animaux sont tués chaque année pour leur fourrure dans le monde. Ils sont souvent dépecés vivants ou électrocutés pour conserver la qualité du poil.Avec Belga