Anne-Catherine Lacroix, mannequin belge, joue les performeuses dans le film habité qui présente l'automne-hiver du créateur anversois Dries Van Noten. "On se sent privilégiée de vivre de tels moments... Je ne pouvais pas refuser", confie-t-elle.
...

Anne-Catherine Lacroix, mannequin belge, joue les performeuses dans le film habité qui présente l'automne-hiver du créateur anversois Dries Van Noten. "On se sent privilégiée de vivre de tels moments... Je ne pouvais pas refuser", confie-t-elle. "Je défile pour Dries depuis le début de ma carrière en 1999. Et cela me bouleverse à chaque fois, c'est toujours féerique, puissant. On se sent privilégiée de vivre de tels moments. Je n'ai jamais la sensation d'être "bêtement" un mannequin qui marche sur un podium mais plutôt d'être un personnage, de faire partie d'un univers sublime. C'est assez flatteur. Il y a toujours une culture du secret autour des événements de Dries, je ne savais donc pas à quoi m'attendre, juste qu'il s'agissait d'un film, d'une performance, d'un projet spécial. On tournait au Singel d'Anvers, en plein Covid... J'arrive dans le grand hall et je vois Anne Teresa de Keersmaeker, des danseurs de P.A.R.T.S. aussi, je suis impressionnée. Sur la scène, une fille très belle danse sur Angel de Massive Attack. Elle est complètement habitée par son rôle, hyperexpressive. Je suis un peu pétrifiée. J'aime la danse contemporaine, mon grand regret est de ne pas en avoir fait, j'ai une fascination pour cette espèce de lâcher prise et en même temps de contrôle, cette discipline et cette aisance du corps. Et j'adore danser, vraiment ; je danse à mort la nuit en soirée et avec mes enfants dans notre cuisine. Mais cette fois, c'est autre chose. Heureusement, il y a ce type dément, le danseur Wim Vanlessen, notre coach en mouvements. Il me met sur la voie, il est hors champ et me montre comment bouger. Je suis alors prise par la musique et j'arrive à m'autonomiser... Si, en tant que mannequin, je me sens comme la dernière des Mohicans? Un peu quand même, on me voit moins, je dis "non" souvent, parce que cela ne se met pas dans mon agenda. J'ai aussi repris des études de naturopathie qui me passionnent... Et puis rien ne me donne vraiment le kick! A part ce genre de projet, avec des gens qui ont une place dans mon coeur et dans ma vie de mannequin ou qui sont excitants. Dries cumule les deux, il a toujours été là pour moi, depuis mes débuts d'un point de vue humain et artistique, je ne pouvais pas refuser. De même, quand je défile pour Marine Serre, c'est parce qu'il y a une vraie vision, qui me touche et que j'aime cette fille. Pour moi, il faut que tout ça ait du sens."