Elle a donc gagné le gros lot en triturant sa petite jupe de tennis qu'elle avait retrouvé par hasard dans son armoire. Pour ce concours belgo-bruxello cornaqué par Bernard Gavilan, qu'il faudrait inventer s'il n'existait pas déjà, Samantha Van Den Driessche a fait dans la customisation avec un jusqu'au-boutisme justement récompensé.

Cette jeune créatrice (35 ans), ex-institutrice et diplômée de Saint Luc, férue d'up-cycling depuis un séjour à Bamako (Mali), a imaginé une collection inspirée du tennis, des wax noir et blanc, des basiques sportifs seventies et de Match Point de Woody Allen. Bravo !

Anne-Françoise Moyson

Elle a donc gagné le gros lot en triturant sa petite jupe de tennis qu'elle avait retrouvé par hasard dans son armoire. Pour ce concours belgo-bruxello cornaqué par Bernard Gavilan, qu'il faudrait inventer s'il n'existait pas déjà, Samantha Van Den Driessche a fait dans la customisation avec un jusqu'au-boutisme justement récompensé. Cette jeune créatrice (35 ans), ex-institutrice et diplômée de Saint Luc, férue d'up-cycling depuis un séjour à Bamako (Mali), a imaginé une collection inspirée du tennis, des wax noir et blanc, des basiques sportifs seventies et de Match Point de Woody Allen. Bravo ! Anne-Françoise Moyson