Photographier des looks dans l'espace public, pour rendre compte des tendances qui s'y développent : tel est le principe du streetstyle. Une manière de se réapproprier le prestige de la mode et de le rendre accessible à tous. Si ce genre photographique s'inscrit loin du luxe associé aux défilés et de l'image bourgeoise donnée au prêt-à-porter, il est néanmoins une inépuisable source d'inspiration pour les créateurs, qui s'imprègnent désormais de ces silhouettes de rue pour...

Photographier des looks dans l'espace public, pour rendre compte des tendances qui s'y développent : tel est le principe du streetstyle. Une manière de se réapproprier le prestige de la mode et de le rendre accessible à tous. Si ce genre photographique s'inscrit loin du luxe associé aux défilés et de l'image bourgeoise donnée au prêt-à-porter, il est néanmoins une inépuisable source d'inspiration pour les créateurs, qui s'imprègnent désormais de ces silhouettes de rue pour leurs collections. Le photographe Adam Katz Sinding, né aux Etats-Unis et connu sous le nom " Le 21e ", rend hommage à ces images urbaines qui se sont imposées au fil des années, à travers sa première monographie This is not a f*cking street style book. Par la publication de cet ouvrage, il contribue à laisser une trace de ce mouvement dans l'histoire en y répertoriant les différents événements, les plus grandes marques et toutes les tendances, depuis 2003, avec pour but de mettre en lumière le succès de cette discipline. Que le streetstyle se soit imposé dans le quotidien de la mode et du design depuis les années 2000 n'est évidemment pas sans lien avec l'apparition d'Internet, qui le rend viral. Cette prise de distance avec le monde flamboyant des catwalks, additionnée à la proximité des foules, devient le trésor des blogueurs et de leurs plates-formes. Mais si le mouvement est aujourd'hui dans la place, ses débuts sont bien plus éloignés puisqu'ils remontent à la France du début du xxe siècle, où on retrouve pour la première fois ces clichés de mode. C'est d'une lignée de photographes français, les frères Séeberger, que ce genre tire son origine. A la recherche de tenues vestimentaires élégantes, composées de pièces de haute couture, ils se rendent sur un champ de course pour y trouver la finesse et le charme recherchés. A cette époque, leurs photoreportages révolutionnent l'Europe, et pourtant c'est à Bill Cunningham qu'on attribue souvent le titre de " précurseur " dans le domaine. Le photographe de mode américain devient l'une des figures emblématiques du mouvement dans les années 60 et, par la même occasion, l'un des grands noms du New York Times. Une pratique de longue date donc, mais qui n'a pas fini de faire parler d'elle. Par Laura Ferreira Porto