SDP
© SDP

Il ne fut pas nécessaire à Véronique Leroy de plonger dans les archives tant le souvenir des "couleurs singulières" de cette lingerie différente a marqué la créatrice belge, installée à Paris depuis 1984. "Je les découvrais chaque saison dans les vitrines de la place de la Madeleine. Il y avait toujours une couleur étonnante... J'ai essayé de faire la même chose, une gamme Eres à travers ma vision, une petite collection compacte, de la tête aux pieds, en mettant l'accent sur le maillot une pièce." Elle s'est laissé bercer par les contours d'une image de Helmut Newton, "des filles à la plage, une bande de copines", et avait l'envie de "faire le moins de vêtements possible, qu'ils aient plusieurs fonctions, j'aime cette idée, surtout en vacances".

SDP
© SDP

Son maillot se transforme ainsi en deux-pièces, son tapis en serviette ou en peignoir, son immense sac en oreiller et ses Bikinis en dessous parfaits pour sa combipantalon Georges ou sa robe longue Lee. Qui donc aurait besoin de prétexter un hiver sous les tropiques pour adhérer à cette élégante proposition ?

SDP
© SDP
Il ne fut pas nécessaire à Véronique Leroy de plonger dans les archives tant le souvenir des "couleurs singulières" de cette lingerie différente a marqué la créatrice belge, installée à Paris depuis 1984. "Je les découvrais chaque saison dans les vitrines de la place de la Madeleine. Il y avait toujours une couleur étonnante... J'ai essayé de faire la même chose, une gamme Eres à travers ma vision, une petite collection compacte, de la tête aux pieds, en mettant l'accent sur le maillot une pièce." Elle s'est laissé bercer par les contours d'une image de Helmut Newton, "des filles à la plage, une bande de copines", et avait l'envie de "faire le moins de vêtements possible, qu'ils aient plusieurs fonctions, j'aime cette idée, surtout en vacances". Son maillot se transforme ainsi en deux-pièces, son tapis en serviette ou en peignoir, son immense sac en oreiller et ses Bikinis en dessous parfaits pour sa combipantalon Georges ou sa robe longue Lee. Qui donc aurait besoin de prétexter un hiver sous les tropiques pour adhérer à cette élégante proposition ?