Mode

"J'ai eu la chance de démarrer dans le mannequinat à une époque où la créativité était plus importante. Il y avait une vraie recherche artistique, une inventivité, à la fois dans le stylisme et la photographie. Tout le monde avait sa propre patte, son univers. Aujourd'hui, le numérique a changé beaucoup de choses. Le photographe peut tout faire, très vite, en grande quantité. Mais cela a enlevé une part d'âme, qui me rend nostalgique." Et l'ex-muse d'Yves Sain Laurent, Jean Paul Gaultier ou Chanel de regretter que, désormais, les réseaux soci...

"J'ai eu la chance de démarrer dans le mannequinat à une époque où la créativité était plus importante. Il y avait une vraie recherche artistique, une inventivité, à la fois dans le stylisme et la photographie. Tout le monde avait sa propre patte, son univers. Aujourd'hui, le numérique a changé beaucoup de choses. Le photographe peut tout faire, très vite, en grande quantité. Mais cela a enlevé une part d'âme, qui me rend nostalgique." Et l'ex-muse d'Yves Sain Laurent, Jean Paul Gaultier ou Chanel de regretter que, désormais, les réseaux sociaux mettent davantage en avant le paraître, plutôt que la véritable personnalité des tops actuels. "Mais ce sont des effets de mode. Je ne suis pas alarmée ou déstabilisée, tant que la cause des femmes n'est pas abîmée."Laetitia Casta va là où ses envies la mènent. Un électron libre, une facette rebelle qui ne semble pas s'assagir, à mesure que les années passent. "Se sentir libre, c'est un état d'esprit, un mode de vie, un trait de caractère. Je n'y pense pas quand j'entreprends quelque chose, cela se fait naturellement. Je crois que cela ne s'arrangera pas avec l'âge. Plus on avance, plus on sait ce que l'on veut pour soi. On va à l'essentiel.""Dès les premiers shootings mode, je me suis toujours sentie actrice, dans ma relation avec les photographes, devant leurs objectifs. J'ai toujours été active dans ce qu'il fallait donner, surtout au niveau émotionnel. Il n'y a pour moi aucun différence entre le fait d'être top model, muse et actrice. Il faut incarner un personnage. Jouer avec la lumière, le costume, le maquillage, un texte. Tout cela n'est qu'un support. Après, ce n'est qu'une question de talent du photographe ou du réalisateur.""Heureusement, la définition de la féminité ne passe pas que par un physique, mais par une pensée, celle d'être soi-même. Chez la femme, c'est d'accepter son côté masculin et chez l'homme, sa féminité. Quand on arrive à assembler ces deux aspects, cela produit quelque chose de très intéressant qui s'appelle le "soi" Et le "moi" est très important pour transcender le corps. Ne pas être qu'un corps, mais une personne à part entière."Celle qui a débuté dans le mannequinat à 15 ans a été l'ambassadrice de nombreuses marques de mode et de beauté depuis vingt-cinq ans. "Quand on est une actrice, on s'engage dans un rôle. Là, c'est la même chose. Ce qui compte pour les maisons avec lesquelles j'accepte de travailler, c'est le discours qu'il y a derrière. L'idée d'être en accord avec ce qu'on est, ses idées, ses valeurs et de partager cela avec elles. C'est agréable de travailler avec des labels qui ne cherchent pas à déformer un message, mais bien à accomplir quelque chose de créatif, ensemble. Défendre des valeurs communes."