C'est ce qu'avance Giuseppe Di Bella, un ex-membre du clan de la N'drangheta, l'organisation mafieuse originaire de la région de la Calabre. Selon ce dernier, Versace était utilisé pour blanchir de l'argent. "Il y avait d'énormes sommes d'argent provenant de la drogue, de chantage, de l'exploitation qui devaient être blanchies. Pour cela, des bars, des restaurants, l'immobiler et des biens de luxe étaient utilisés, mais aussi des business comme celle de Versace", a expliqué l'auteur Di Bella au journaliste d'investigation Gianluigi Nuzzi.

La famille Versace a réagi virulemment aux allégations de l'écrivain. "Ces déclarations sont totalement fausses", s'est exclamé un proche de la famille. "Nous souhaitons préserver la mémoire et la réputation de Gianni Versace, ce pourquoi nous comptons l'affaire devant les tribunaux". De son côté, Giancarlo Capaldo l'autorité anti-mafia basée à Rome a déclaré: "Di Bella est une source et dans le passé, il s'est révélé que ses informations étaient toujours vraies."

En 1997, Gianni Versace, 50 ans, avait été tué de deux balles dans la tête dans son habitation de Miami par le tueur en série Andrew Cunanan, qui s'est suicidé huit jours après le meurtre pour éviter d'être arrêté par la police.

AH/Ca.L

C'est ce qu'avance Giuseppe Di Bella, un ex-membre du clan de la N'drangheta, l'organisation mafieuse originaire de la région de la Calabre. Selon ce dernier, Versace était utilisé pour blanchir de l'argent. "Il y avait d'énormes sommes d'argent provenant de la drogue, de chantage, de l'exploitation qui devaient être blanchies. Pour cela, des bars, des restaurants, l'immobiler et des biens de luxe étaient utilisés, mais aussi des business comme celle de Versace", a expliqué l'auteur Di Bella au journaliste d'investigation Gianluigi Nuzzi. La famille Versace a réagi virulemment aux allégations de l'écrivain. "Ces déclarations sont totalement fausses", s'est exclamé un proche de la famille. "Nous souhaitons préserver la mémoire et la réputation de Gianni Versace, ce pourquoi nous comptons l'affaire devant les tribunaux". De son côté, Giancarlo Capaldo l'autorité anti-mafia basée à Rome a déclaré: "Di Bella est une source et dans le passé, il s'est révélé que ses informations étaient toujours vraies." En 1997, Gianni Versace, 50 ans, avait été tué de deux balles dans la tête dans son habitation de Miami par le tueur en série Andrew Cunanan, qui s'est suicidé huit jours après le meurtre pour éviter d'être arrêté par la police. AH/Ca.L