"Par peur d'être agressées physiquement ou sexuellement, ou d'être harcelées (...), 83% des femmes âgées entre 16 et 29 ans évitent soit de se retrouver seules dans certains endroits, soit de se rendre dans certaines rues ou quartiers, soit de se retrouver isolées avec une autre personne", selon l'étude.

"Les jeunes femmes en particulier évitent différents lieux par crainte pour leur sécurité. C'est une question importante en termes d'égalité, car elle montre qu'elles ne peuvent pas utiliser les espaces publics de la même manière que les hommes"

L'Agence européenne des droits fondamentaux (FRA), basée à Vienne (Autriche), a interrogé 35.000 personnes dans l'Union européenne, au Royaume-Uni et en Macédoine du Nord sur leur perception de la criminalité, de la sécurité et des droits des victimes.

"Les jeunes femmes en particulier évitent différents lieux par crainte pour leur sécurité. C'est une question importante en termes d'égalité, car elle montre qu'elles ne peuvent pas utiliser les espaces publics de la même manière que les hommes", a déclaré à l'AFP Sami Nevala, l'auteur du rapport.

En comparaison, seuls 58% des hommes dans la même tranche d'âge disent adopter le même comportement, selon la FRA, qui offre ainsi les premières statistiques transfrontalières sur la criminalité et la sécurité.

"Par peur d'être agressées physiquement ou sexuellement, ou d'être harcelées (...), 83% des femmes âgées entre 16 et 29 ans évitent soit de se retrouver seules dans certains endroits, soit de se rendre dans certaines rues ou quartiers, soit de se retrouver isolées avec une autre personne", selon l'étude.L'Agence européenne des droits fondamentaux (FRA), basée à Vienne (Autriche), a interrogé 35.000 personnes dans l'Union européenne, au Royaume-Uni et en Macédoine du Nord sur leur perception de la criminalité, de la sécurité et des droits des victimes. "Les jeunes femmes en particulier évitent différents lieux par crainte pour leur sécurité. C'est une question importante en termes d'égalité, car elle montre qu'elles ne peuvent pas utiliser les espaces publics de la même manière que les hommes", a déclaré à l'AFP Sami Nevala, l'auteur du rapport.En comparaison, seuls 58% des hommes dans la même tranche d'âge disent adopter le même comportement, selon la FRA, qui offre ainsi les premières statistiques transfrontalières sur la criminalité et la sécurité.