Ma cuisine, source d'agacement quotidien, est idéale pour le test. Pimpante, Elodie débarque et enchaîne directement avec quelques questions personnelles. " Essentiel pour comprendre ton mode de fonctionnement. Je peux visiter l'appartement ? " Son regard, incisif, remarque tout en un quart de seconde. Ses questions sont directes : " Tu sais encore ce qu'il y a dans cette boîte ? Tu t'en sers ? "

Au cours de la visite, elle divulgue mille conseils, et son constat me surprend : "Ce n'est pas la cata, mais il y a moyen de s'améliorer. Je commencerais par tes " kotchs " (mes deux petits débarras), ta bibliothèque ou la chambre de ton fils. Mais pas la cuisine. "

Un brin vexée, j'accepte de changer les plans : allons-y pour la bibliothèque. Elodie retourne le contenu des quatre " bacs " sur la table. On trie chaque objet un à un : je jette, je garde, je donne, je remets à la bonne place. Ensuite on s'attaque aux livres qu'on range par catégorie, puis par taille : romans, guides, dico... Elle tente de me faire jeter mon Atlas historique " qui ne sert plus à rien ". Je refuse catégoriquement. Pour le reste, elle m'aide à me séparer de babioles que je garde depuis... bien trop longtemps ! Quatre heures plus tard, je me retrouve avec trois sacs-poubelle remplis, une to do list précise et une bibliothèque ordonnée. Je suis en-chan-tée !

Par Valentine Van Gestel

Ma cuisine, source d'agacement quotidien, est idéale pour le test. Pimpante, Elodie débarque et enchaîne directement avec quelques questions personnelles. " Essentiel pour comprendre ton mode de fonctionnement. Je peux visiter l'appartement ? " Son regard, incisif, remarque tout en un quart de seconde. Ses questions sont directes : " Tu sais encore ce qu'il y a dans cette boîte ? Tu t'en sers ? " Au cours de la visite, elle divulgue mille conseils, et son constat me surprend : "Ce n'est pas la cata, mais il y a moyen de s'améliorer. Je commencerais par tes " kotchs " (mes deux petits débarras), ta bibliothèque ou la chambre de ton fils. Mais pas la cuisine. " Un brin vexée, j'accepte de changer les plans : allons-y pour la bibliothèque. Elodie retourne le contenu des quatre " bacs " sur la table. On trie chaque objet un à un : je jette, je garde, je donne, je remets à la bonne place. Ensuite on s'attaque aux livres qu'on range par catégorie, puis par taille : romans, guides, dico... Elle tente de me faire jeter mon Atlas historique " qui ne sert plus à rien ". Je refuse catégoriquement. Pour le reste, elle m'aide à me séparer de babioles que je garde depuis... bien trop longtemps ! Quatre heures plus tard, je me retrouve avec trois sacs-poubelle remplis, une to do list précise et une bibliothèque ordonnée. Je suis en-chan-tée ! Par Valentine Van Gestel