Après avoir fait un véritable buzz sur la toile en à peine quelques heures, le film court First Kiss , - montrant 10 couples d'inconnus s'embrassant pour la première fois -, perdait de sa fraîcheur lorsqu'on découvrait en fait qu'il s'agissait d'un film pour la campagne publicitaire de la marque Wren. Les parodies ne se sont pas faites attendre, plutôt drôles au demeurant, à l'instar de First Handjob par exemple.

Vertu du web, apparurent ce matin à travers l'épluchage des réseaux sociaux, ce qui et sauf coïncidences troublantes, les images d'un court-métrage de l'excellente réalisatrice Pascale Ferran (Petits arrangements avec les morts, le cultissime Âge des Possibles, Lady Chatterley), datant 1990 intitulé Le Baiser, et pour lequel elle reçut à l'époque de nombreuses récompenses internationales. Même noir et blanc, même cadre, même ambiance, même prise de son. Résolument moins branchouille, donc d'autant plus émouvant.

Conclusion : First Kiss ne brille donc peut-être pas par son originalité, mais témoigne d'une culture du cinéma de sa réalisatrice Tatia Pileva. Et c'est déjà pas si mal.

)

Après avoir fait un véritable buzz sur la toile en à peine quelques heures, le film court First Kiss , - montrant 10 couples d'inconnus s'embrassant pour la première fois -, perdait de sa fraîcheur lorsqu'on découvrait en fait qu'il s'agissait d'un film pour la campagne publicitaire de la marque Wren. Les parodies ne se sont pas faites attendre, plutôt drôles au demeurant, à l'instar de First Handjob par exemple. Vertu du web, apparurent ce matin à travers l'épluchage des réseaux sociaux, ce qui et sauf coïncidences troublantes, les images d'un court-métrage de l'excellente réalisatrice Pascale Ferran (Petits arrangements avec les morts, le cultissime Âge des Possibles, Lady Chatterley), datant 1990 intitulé Le Baiser, et pour lequel elle reçut à l'époque de nombreuses récompenses internationales. Même noir et blanc, même cadre, même ambiance, même prise de son. Résolument moins branchouille, donc d'autant plus émouvant. Conclusion : First Kiss ne brille donc peut-être pas par son originalité, mais témoigne d'une culture du cinéma de sa réalisatrice Tatia Pileva. Et c'est déjà pas si mal. )