Airbnb "paiera pour ces séjours", mais "ne pourra pas (agir) sans la générosité de (ses) hôtes", explique Brian Chesky sur son compte Twitter, en proposant aux personnes désireuses d'accueillir gratuitement une famille de réfugiés de se signaler auprès de la plateforme.

Depuis 2012, la société américaine permet à des hôtes de mettre gratuitement à disposition des chambres pour héberger demandeurs d'asile ou réfugiés, grâce à sa plateforme "Open Homes".

"Le déplacement et la réinstallation de réfugiés afghans aux Etats-Unis et ailleurs est l'une des crises humanitaires les plus graves de notre temps", poursuit-il, estimant devoir "agir" et espérant "inspirer d'autres responsables économiques à faire de même".

La chute de Kaboul aux mains des talibans le 15 août a précipité des milliers de personnes à l'aéroport Hamid Karzai, seule porte de sortie du pays, et plus de 53.000 personnes ont été évacuées par avion depuis juillet, davantage que lors du pont aérien mis en place depuis la base de Tan Son Nhut lors de la chute de Saïgon en 1975.

Airbnb "paiera pour ces séjours", mais "ne pourra pas (agir) sans la générosité de (ses) hôtes", explique Brian Chesky sur son compte Twitter, en proposant aux personnes désireuses d'accueillir gratuitement une famille de réfugiés de se signaler auprès de la plateforme.Depuis 2012, la société américaine permet à des hôtes de mettre gratuitement à disposition des chambres pour héberger demandeurs d'asile ou réfugiés, grâce à sa plateforme "Open Homes"."Le déplacement et la réinstallation de réfugiés afghans aux Etats-Unis et ailleurs est l'une des crises humanitaires les plus graves de notre temps", poursuit-il, estimant devoir "agir" et espérant "inspirer d'autres responsables économiques à faire de même".La chute de Kaboul aux mains des talibans le 15 août a précipité des milliers de personnes à l'aéroport Hamid Karzai, seule porte de sortie du pays, et plus de 53.000 personnes ont été évacuées par avion depuis juillet, davantage que lors du pont aérien mis en place depuis la base de Tan Son Nhut lors de la chute de Saïgon en 1975.