Bière, rodéo & country: Bienvenue à la fête des pick-ups dans le bush australien

01/10/18 à 10:15 - Mise à jour à 10:15

Ils aiment la bière, le rodéo et le bruit de leur cylindrée: Des milliers de fêtards ont débarqué ce week-end à Deniliquin, dans l'arrière-pays australien pour le 20e anniversaire du "Deni Ute Muster", festival en chapeau de cowboy dédié aux SUVs et pick-ups.

Chaque année, pas moins de 6.000 de ses véhicules charrient environ 20.000 participants pour deux jours dans cette localité perdue de l'Etat de Nouvelles-Galles du Sud (sud-est), située à 720 km au sud-ouest de Sydney et à 280 km au nord de Melbourne.

Ici, la star est le "ute", abréviation dans le jargon australien de "utility vehicle". "C'est un rassemblement de "utes", un événement emblématique qui célèbre l'Australie rurale", décrit auprès de l'AFP la directrice générale du festival Vicky Lowry.

Importés en Australie dans les années 1930 par Ford, les "utes" ont d'emblée satisfait aux besoins des éleveurs de l'arrière-pays, devenant un symbole de la culture rurale australienne.

Au programme du "Deni Ute Muster", figurent des concours de conduite, notamment celui où le conducteur enchaîne avec son pick-up les dérapages infernaux en cercle, levant des nuages de poussière sous les vivas de milliers de spectateurs.

Mais on vient surtout à Deniliquin pour bivouaquer autour de feux de camps près des pick-ups entre lesquels on installe des toiles de tente. La soirée avançant, et l'alcool aidant, il n'est pas rare de grimper sur son +ute+ pour faire claquer son fouet à bestiaux ou descendre d'autres bières au son de la country. "Bah, nous sommes venus ici avec les gars (...) juste pour oublier le travail et prendre une cuite avec les gars ou les filles pour certains d'entre nous", explique Lochie Donovan, 20 ans, avant de sauter sur le capot d'un pick-up.

Pour des jeunes qui habitent parfois à des centaines de kilomètres de la première ville digne de ce nom, le festival est aussi une occasion de se faire de nouveaux copains. "C'est la première fois que je viens, c'était sur ma liste des choses à faire", raconte à l'AFP Debbie-Jane Cornford, 42 ans. "Je voulais venir mater les mecs. Les cowboys sont pas mal."

Le festival attire tous les ans de grands noms de la country. Pour son vingtième anniversaire, il s'est même payé le luxe de faire venir la star américaine Carrie Underwood. Moins glamour, le "Deni Ute Muster" propose aussi, selon son site internet, des courses de tracteurs-tondeuses, de la conduite de 4X4 sur des rampes à 45 degrés, un concours du plus bel "ute" ou encore de la sculpture à la tronçonneuse.

Utile également, la démonstration du boucher, ou comment désosser au mieux son agneau ou son cochon sans en perdre une côte, et fabriquer les meilleures saucisses.

Nos partenaires