Les vols, qui relieront désormais Londres à Islamabad trois fois par semaine, avaient été interrompus en 2008 à la suite d'un sanglant attentat contre un hôtel de luxe de la capitale pakistanaise, le Marriott.

Plus d'un million de personnes d'origine pakistanaise vivent en Grande-Bretagne.

"La compagnie nationale britannique est de retour. Les deux pays, si proches sous bien des aspects, se rapprochent encore d'un pas", s'est félicité l'ambassadeur britannique à Islamabad, Thomas Drew. "Cela reflète naturellement la nette amélioration de la situation sécuritaire au Pakistan ces dernières années", a-t-il ajouté.

BA comptait six vols par semaine depuis Islamabad avant l'attaque du Marriott, qui avait fait plus d'une cinquantaine de morts et avait poussé nombre de représentations diplomatiques et organisations internationales à nettement réduire leur présence dans le pays.

La compagnie pakistanaise en difficultés Pakistan International Airlines (PIA) était jusqu'à lundi la seule à relier directement les deux pays. Nombre de voyageurs avaient recours aux compagnies basées dans le Golfe comme Etihad ou Emirates. "Habituellement je prenais un vol avec correspondance, donc ceci a été une expérience très rafraîchissante et j'ai hâte de la renouveler au retour", a déclaré à l'AFP Sana Khan, une médecin vivant en Grande-Bretagne.

Cathay Pacific, basée à Hong Kong, fut l'une des dernières grandes compagnies internationales à cesser de desservir le Pakistan après une attaque par un groupe taliban contre l'aéroport de Karachi en 2014, qui avait coûté la vie à près de 30 personnes.

Le Pakistan fait face depuis des années à des mouvements insurgés violents, qui ont fait des dizaines de milliers de victimes. La situation s'est nettement améliorée ces dernières années à la suite de plusieurs opérations d'envergure lancées par l'armée.

De nombreux pays occidentaux continuent toutefois de déconseiller à leurs ressortissants de se rendre au Pakistan, en particulier dans les zones frontalières de l'Afghanistan ou de l'Inde.

Le retour de BA intervient alors que le Pakistan continue de restreindre l'accès à une grande partie de son espace aérien en conséquence de la grave crise qui l'a opposé à l'Inde fin février.

Selon des experts aériens, les restrictions affectent fortement l'activité de PIA mais également les vols partant d'Inde en direction de l'Ouest (Europe, Asie centrale, etc.), qui doivent survoler le Pakistan. Elles devraient se poursuivre au moins jusqu'au 15 juin, a indiqué lundi à l'AFP un responsable de l'aviation civile.