L'automne et les premières invasions de doudounes en vitrine donnent envie d'attraper quelques derniers rayons sans avoir à franchir trop de frontières. En cette période, Chypre affiche encore un joli 27 °C de température maximale moyenne, ainsi qu'une eau à 25 °C. Et elle n'est pas peu fière de ses 340 jours d'ensoleillement annuels, brandis comme un slogan. De quoi gonfler les stocks de vitamine D sans suffoquer et explorer les multiples facettes d'une terre taillée comme une pierre précieuse. Aux voies vers les sites incontournables et délectables chemins de traverse, s'ajoutent les multiples routes et sentiers tracés par les autorités touristiques. Thématiques, ils permettent de découvrir la nature, la culture, la mythologie ou les vignobles. Tour de l'île en trois approches.
...

L'automne et les premières invasions de doudounes en vitrine donnent envie d'attraper quelques derniers rayons sans avoir à franchir trop de frontières. En cette période, Chypre affiche encore un joli 27 °C de température maximale moyenne, ainsi qu'une eau à 25 °C. Et elle n'est pas peu fière de ses 340 jours d'ensoleillement annuels, brandis comme un slogan. De quoi gonfler les stocks de vitamine D sans suffoquer et explorer les multiples facettes d'une terre taillée comme une pierre précieuse. Aux voies vers les sites incontournables et délectables chemins de traverse, s'ajoutent les multiples routes et sentiers tracés par les autorités touristiques. Thématiques, ils permettent de découvrir la nature, la culture, la mythologie ou les vignobles. Tour de l'île en trois approches. On dit que c'est à proximité de Paphos, cité balnéaire du sud de l'île, qu'Aphrodite vit le jour. La déesse de l'amour serait née de l'écume (référence séminale à laquelle on évite de penser en plongeant dans les flots bleus), au lieu-dit de Petra tou Romiou. L'histoire est violente : une mère-Terre, Gaïa, qui demande à son fils-Temps, Chronos, de castrer le paternel, Ouranos. Loin de la querelle matrimoniale, le site est onirique et tend à suggérer que le ciel et la terre sont désormais en meilleurs termes, surtout quand la mer d'azur se pose en médiateur. Les tourtereaux apprécieront la balade sur le lieu de l'amour naissant, d'autant que le coin a plus à offrir qu'un renouvellement de voeux au soleil couchant. Paphos a décroché le titre de capitale européenne 2017. Résultats : un centre dynamisé, un flot d'événements, et la naissance de lieux de vie culturels qui continueront de rayonner après la fin de l'année. Un nouveau souffle pour une ville longtemps connue pour ses clubs de vacances et qui a un joli passé à valoriser. Divisée entre sa partie basse et son port (Kato Pafos) et sa partie haute (Ktima Pafos), la cité est dotée d'un vaste parc archéologique. A l'époque romaine, elle était la capitale de l'île ; un statut qui laisse d'appréciables traces. Ce sont principalement des ruines qui sont parvenues jusqu'à nous, mais les étendues de pierres ayant traversé les âges, avec la mer en arrière-plan, sont prétextes à une étonnante déambulation. Clou du spectacle : de fabuleux panneaux de mosaïques romaines, représentant les (plus ou moins) glorieuses aventures de Cassiopée, Hermès et autres Apollon, dans les derniers souffles du paganisme (ve siècle). Chypre a pensé à ceux qui souhaitent s'inscrire dans les pas de la déesse callipyge et a créé " la route culturelle d'Aphrodite ". Elle permet de découvrir les principaux sites dans lesquels la divinité fut adorée, notamment Limassol, la capitale économique de l'île qui n'a pas sacrifié le charme de ses ruelles piétonnes ni de sa promenade de front de mer, et qui préserve le site d'Amathonte et sa vaste agora. Le circuit court jusqu'à Kition, cité antique devenue Larnaca, connue pour sa douceur de vivre, son cachet oriental et les flamants roses de son lac salé. L'itinéraire s'achève actuellement au musée archéologique de Nicosie, l'occupation turque au nord du pays excluant la partie septentrionale de l'île des circuits touristiques. Quelle que soit la beauté de la côte et de ses criques, il faut aussi viser le coeur de l'île en grimpant vers les hauteurs du massif du Troodos et ses villages de charme tels Lofou et Omodos. Havre de fraîcheur bienvenu quand le thermomètre s'enflamme, les sommets du pays vont jusqu'à se couvrir d'épaisses couches de neige quand l'hiver s'installe, rendant la pratique du ski possible (de janvier à mars). Du ski à Chypre ! C'est à noter pour apporter une touche d'exotisme à vos descentes de pistes dans quelques mois. Le point culminant de l'île n'est autre que le mont Olympe (1 952 mètres). S'il emprunte son nom à la demeure mythologique des dieux grecs, les pistes qui dévalent de la station répondent aux patronymes de Hermès, Zeus ou encore Hera, encourageant la tentation de se prendre pour un surhomme des neiges. Quelques centaines de mètres en contrebas, la température est clémente en toutes saisons pour explorer une nature qui en jette. Tracés et balisage ne manquent pas à l'appel, facilitant la rando pour tous les niveaux. Rien que dans les alentours du col du Troodos, une dizaine de chemins serpentent en s'adaptant à la fois aux exigences des grands randonneurs en quête de tronçons sportifs et aux foulées moins expérimentées désireuses de s'engager dans une balade sans à-coups ni dénivelés importants. La région profite du Parc National Forestier du Troodos. Dans les profondeurs des forêts de pins noirs et de genévriers, on croise des rivières que l'on remonte jusqu'à la source, des cascades, des souvenirs de mines de chrome ou encore des aigles de Bonelli et de plus rares mouflons chypriotes. Depuis quelques années, les chambres d'hôtes au plus près des terres et les petites structures hôtelières dans des demeures paysannes de caractère éclosent sur le territoire. Poussé par le gouvernement, l'agrotourisme chypriote cultive une offre vaste et qualitative, entre pension rudimentaire et tanière rustico-chic. De quoi donner fortement envie de se mettre au vert... y compris aux insulaires qui redécouvrent un tourisme " national " et participent à l'impression générale d'une approche plus authentique que celle des " all in " de bord de mer. Entre les réveils dans une odeur de thym ou de jasmin et les fins de soirée le nez dans les étoiles grâce à un ciel d'une incroyable clarté, la bouffée d'oxygène ravit les cellules du voyageur en quête de quiétude. Tout voyage passe par les papilles, les couleurs des étals et le fumet d'épices redécouvertes. Par sa cuisine de partage et de transmission, Chypre se prête particulièrement bien à l'exercice. Il faut dire qu'il y en a, des rencontres, dans cette tradition gastronomique. Croisée des chemins, l'île a tiré de l'Occident une appétence pour les mijotés, les charcuteries et un savoir-faire viticole, tandis que l'Orient a apporté grillades, desserts tout en sucre et passion pour les tables où l'on picore collectivement. Chaque bonne taverne façonne son mezze. Sardines marinées puis grillées, salades de rouge et de vert, déclinaisons d'aubergine, houmous, tarama, boulettes de viande, porc doré, pâtes... Les assiettes sont à peine vides que de nouveaux plats surgissent. Une tradition conviviale héritée d'une époque où les occasions de boire et de festoyer étaient limitées, et où les célébrations s'étiraient. Aujourd'hui, à côté de ces véritables ballets de mets symbolisant la sincérité de l'accueil et la richesse du foyer, la danse et les instruments traditionnels s'invitent régulièrement dans les tavernes. Que personne n'y voie un appât de carton-pâte prémâché pour les touristes : les premiers à applaudir sont les Chypriotes, qui se réjouissent d'un " brunch " dominical arrosé d'huile d'olive et de musique. Pour ceux qui aiment grignoter de la culture culinaire entre les repas, l'île offre de multiples opportunités gourmandes. Dans ces régions qui n'ont pas attendu l'engouement locavore pour connaître l'autosuffisance alimentaire, les traditions sont préservées. Les gestes ancestraux se perpétuent dans les arrière-cuisines de modestes maisons. Pain saisi dans un four en argile, découverte de l'halloumi, ce fromage ferme emblématique de l'île que l'on replie sur lui-même lors de la fabrication avant de le recouvrir de menthe. Il y a de la poésie dans ces manipulations précises, comme dans celles qui font naître un café dense, en maniant un récipient sur un sable brûlant avant de déposer le liquide sur un lit de sucre. Sept routes du vin ont également été créées sur le territoire. Elles invitent à rencontrer une quarantaine de domaines et vignerons, célébrant une tradition viticole de plus de six mille ans. L'occasion de découvrir le xynistéri, cépage blanc indigène qui livre un vin vif que l'on déguste jeune ; l'incontournable mavro, qui représente plus de la moitié du vignoble chypriote ; ou encore le maratheftiko, qui fait naître un rouge puissant. La production est assez bien répartie sur le territoire : que l'on suive nos suggestions de randonnées, de détente à la plage ou de visites culturelles, on trouve toujours une route guidant vers les vignes...