Se promener à Varsovie, c'est se fondre dans un centre historique tout droit sorti d'un nuancier, dont les couleurs évoquent aussi bien un passé sombre qu'un présent lumineux. Le voyage à travers le temps est inévitable, notamment à l'époque de l'occupation de la Pologne par des troupes nazies qui, en 1944, détruiront 85 % de la capitale. Pour renaître de ses cendres, c'est une reconstruction presque totale qui sera décidée par les autorités. Mais celle-ci ne se fera pas de n'importe quelle manière, le peuple souhaitant conserver son identité d'avant-guerre : tout sera rebâti à l'identique, à l'aide des plans et des archives conservés. Aujourd'hui, dès lors, c'est une cité pleine de charmes et de contrastes qui se dévoile, nourrie par un riche patrimoine urbain et architectural... De quoi s'y balader le nez en l'air au minimum 48 heures pour s'imprégner de cette perle de l'Est.
...

Se promener à Varsovie, c'est se fondre dans un centre historique tout droit sorti d'un nuancier, dont les couleurs évoquent aussi bien un passé sombre qu'un présent lumineux. Le voyage à travers le temps est inévitable, notamment à l'époque de l'occupation de la Pologne par des troupes nazies qui, en 1944, détruiront 85 % de la capitale. Pour renaître de ses cendres, c'est une reconstruction presque totale qui sera décidée par les autorités. Mais celle-ci ne se fera pas de n'importe quelle manière, le peuple souhaitant conserver son identité d'avant-guerre : tout sera rebâti à l'identique, à l'aide des plans et des archives conservés. Aujourd'hui, dès lors, c'est une cité pleine de charmes et de contrastes qui se dévoile, nourrie par un riche patrimoine urbain et architectural... De quoi s'y balader le nez en l'air au minimum 48 heures pour s'imprégner de cette perle de l'Est. Avant d'attaquer la journée, carte à la main, nous nous arrêtons au Green Caffè Nero pour le petit-déjeuner. La chaîne s'est implantée, littéralement, à tous les coins de rues. Au menu : pâtisseries traditionnelles, pour les amateurs de découvertes, et délices classiques pour les moins aventureux. Réputé pour sa variété de pains et, surtout, de gâteaux, l'endroit propose également une belle gamme de thés en vrac, que l'on déguste comme si l'on était dans son propre salon... Appareil photo prêt à l'emploi, nous décidons d'entamer notre exploration par une balade dans le parc Ujazdowski. Nettement plus petit que son cousin de Lazienki où l'on peut admirer le célèbre monument honorant Frédéric Chopin, ce havre verdoyant dévoile des charmes paisibles avec, ici ou là, des sculptures érigées en hommage aux grands noms de l'histoire polonaise. Exemples ? Henryk Sienkiewicz, lauréat du prix Nobel de littérature en 1905 et auteur du célèbre Quo Vadis ? , mais aussi Ignacy Paderewski, pianiste et compositeur qui a fait ses gammes au conservatoire de Varsovie, avant de s'engager en politique. Des bronzes qui côtoient ceux de révolutionnaires ou d'artistes sommeillant près des pelouses, des fleurs ou d'une mare aux canards. Parc Ujazdowski, 6, Ujazdowski. Plutôt que de céder aux sirènes des chaînes de restauration rapide, nous préférons faire confiance à la cuisine locale et aux " pierogi ", sortes de ravioles traditionnelles qui, selon l'envie, sont farcies à la viande, au chou, aux champignons ou encore aux épinards. De nombreuses adresses les affichent sur leur carte. Nous avons adoré ceux de Gosciniec, petit établissement chaleureux et au décor coloré. Restaurant Gosciniec, 19, Podwale. Même quand le ciel se fait plus grisonnant, la vieille ville parvient à s'extraire de l'ombre et à faire resplendir ses couleurs. Du haut de la terrasse de la tour Widokowy, on aperçoit ce qui ressemble à des maisons de poupées aux façades colorées, posées en plein milieu de la place principale. Ce panorama englobe aussi le Château royal, ancienne résidence des monarques polonais, et la colonne Sigismond, pièce centrale de la place Zamkowy, érigée en mémoire du roi Sigismond iii Vasa qui, à la fin du xvie siècle, transféra la capitale de Cracovie à Varsovie. Point de vue de Varsovie, 68, Krakowskie Przedmiescie. Pour les inconditionnels de shopping, l'avenue Marszalkowska déploie un panel de magasins de vêtements et... de cosmétiques - les Polonais en raffolent. Non loin, le centre commercial Zlote Tarasy n'est pas moins avare en boutiques. Pour les savons et les bougies parfumées, direction Bath & Body Works. Et pour la pause gourmande, impossible de ne pas s'arrêter chez A. Blikle, la plus vieille pâtisserie de la cité, où l'on sert gâteaux, tartes ou beignets faits maison... Centre commercial Zlote Tarasy, 49, Zlota. Dès que le soleil pointe le bout de son nez, on s'en va se détendre le long du fleuve Vistule (Wisla en polonais), où les locaux aiment venir flâner en fin de journée ou le week-end. Plutôt inattendu pour une capitale qui n'a pas pignon sur mer : pas moins de quatre plages ornent les berges. Les activités proposées n'y manquent pas : apéros sur les transats, barbecues, feux de camps et même matchs de beach-volley. Le plus long cours d'eau de Pologne est généreux... Impossible de l'ignorer : le Palais de la culture et de la science - 231 mètres de hauteur - trône en plein centre. Non seulement l'édifice est connu pour être le " plus grand bâtiment de Pologne ", mais surtout, il rappelle l'histoire agitée des lieux. Dans un contexte de guerre froide, c'est Staline qui décide d'offrir cet édifice colossal au pays. A une époque où l'Europe se relève doucement de la Seconde Guerre mondiale, la tour sera entièrement financée par l'Union soviétique. Si la volonté de la détruire a longtemps titillé les Varsoviens, elle a fini par se faire oublier dans le décor, et même par devenir l'un des éléments emblématiques de la ville. Palais de la culture et de la science, 1, place Defilad. A la nuit tombée, une balade s'impose parmi les rues éclairées et les bâtiments qui, comme par magie, affichent un autre visage sous les lueurs nocturnes. L'ambiance devient plus intime, tandis que le " Varsovie by night " ouvre ses bars. Une adresse originale ? Le Sklad Butelek, dans le quartier de Praga, où se ruent les locaux pour boire des bières dans un lieu décoré de briques, d'objets farfelus et, dans la cour, de fresques de street art. Ambiance artistico-décontractée garantie. Sklad Butelek, 22, 11 Listopada. Pour préparer le planning de la journée, on s'assied au Costa Coffee afin de déguster un café latte accompagné d'un rouleau de cannelle, le temps de pointer sur la carte les (nombreux) endroits qui restent à visiter. La vieille ville invite à la flânerie. Ce noyau romanesque ouvre la porte d'un autre monde, avec des quartiers authentiques et des petites rues paisibles dont les façades régalent de nuances pastel. Halte indispensable sur la splendide Place du Marché, pour quelques clichés incontournables... Place du marché de la vieille ville, 1, Rynek Starego Miasta.Pour comprendre l'histoire de Varsovie et sa renaissance d'après-guerre, il faut remonter le temps. C'est ce que propose le Musée de l'Armée polonaise en traversant les époques, dont celle de l'Occupation. A l'extérieur, sont exposés des avions et des tanks. A l'intérieur, la longue épopée du pays est racontée à travers des documents et des collections captivantes, entre les armures, les sabres ou les uniformes qui font du lieu l'institution historico-militaire la plus importante de Pologne. Musée de l'Armée Polonaise, 3, Aleje Jerozolimskie. Pour le lunch, on mise sur un autre plat traditionnel, les pommes de terre ziemniaczane fourrées à la viande hachée, que l'on retrouve dans la plupart des restaurants du centre, notamment au Polka Restauracja, une enseigne à la déco chargée et chaleureuse. Ce mets est habituellement servi avec un bouillon maison, idéal pour remplir la jauge d'énergie. Polka Restauracja, 2, Swietojanska. Pour traverser la Vistule et atteindre l'autre rive, il faut emprunter le pont Slasko-Dabrowski qui mène directement au zoo. Plus qu'un divertissement, ce parc animalier est aussi un véritable lieu de mémoire puisque dans les années 40, il a servi de refuge. Jan Zabinski, le directeur du lieu, et sa femme Antonina ont sauvé plus de 300 juifs de la barbarie nazie en les cachant dans leurs sous-sols. Le récit a marqué les mémoires. En 2017, il a même été adapté au cinéma dans le bouleversant The Zookeeper's Wife. Parc zoologique de Varsovie, 1/3, Ratuszowa. Petit détour par le Kom, ancien bâtiment des télécommunications polonaises utilisé pour intercepter certaines conversations entre Churchill et Staline avant la guerre, et qui est aujourd'hui devenu l'un des restaurants les plus prisés de Varsovie. Outre sa carte gastronomique, l'adresse propose une carte de vins contenant plus de 200 références... Kom, 37, Ulica Zielna. On ne quitte pas les lieux sans un petit souvenir. Les boutiques de la vieille ville nous aident à dégotter des vodkas locales Sywuchen ou Zubrowska. Nous optons pour un écusson brodé représentant le drapeau du pays, qui finira cousu sur notre sac à dos...