Cet accord a été annoncé jeudi par l'association belge de défense des consommateurs Test-Achats, qui avait attaqué le transporteur irlandais en justice au nom de milliers de voyageurs s'estimant floués par des retards ou annulations de vol.

L'association a finalement conclu un accord à l'amiable, présenté comme "unique en Europe", qui évite un long procès à Ryanair.

"Pour nous c'est une grande première en Europe", a déclaré à l'AFP Jean-Philippe Ducart, un porte-parole de Test-Achats, assurant qu'une procédure similaire engagée contre Ryanair en Espagne était encore pendante devant un tribunal.

Ces indemnisations pourraient coûter au transporteur "entre 8 et 13 millions d'euros", a ajouté le porte-parole.

"Pour nous c'est une grande première en Europe"

Concrètement, Ryanair propose aux voyageurs lésés des avoirs d'une valeur de 250 à 400 euros (en fonction du préjudice subi) et cela concerne potentiellement "33.000 dossiers", selon M. Ducart. Le coût final pour la compagnie dépendra du nombre effectif de remboursements exigés.

Ce "bon à valoir" pourra être encaissé par le bénéficiaire au bout d'un an s'il n'a pas été utilisé pour un vol, a précisé Test-Achats. Des remboursements de frais liés aux désagréments subis (hôtel, location de voiture) sont également possibles.

En 2018, en particulier fin septembre sur l'espace de plusieurs jours, des centaines de vols Ryanair en Europe (Espagne, Italie, Belgique, etc.) avaient été retardés ou annulés en raison d'une grève des personnels de cabine réclamant de meilleures conditions de travail.

Dans certains cas, comme en Allemagne, des syndicats de pilotes s'étaient joints au mouvement.

En Belgique, ce mouvement s'ajoutait à plusieurs actions de protestation déjà menées fin juillet et début août, ayant affecté les vols au départ et à l'arrivée de l'aéroport de Charleroi (sud), un des principaux hubs de Ryanair en Europe.

L'accord avec Test-Achats vise à réparer les préjudices subis pour "172 vols" annulés, a précisé l'agence de presse Belga.

Une plainte en nom collectif déposée par l'association devant le tribunal de l'entreprise de Bruxelles avait été jugée recevable en décembre 2020, et des contraintes avaient alors été imposées à Ryanair pour respecter les droits des plaignants. Cela a incité le transporteur à accepter d'entamer une négociation au printemps 2021, selon M. Ducart.

Cet accord a été annoncé jeudi par l'association belge de défense des consommateurs Test-Achats, qui avait attaqué le transporteur irlandais en justice au nom de milliers de voyageurs s'estimant floués par des retards ou annulations de vol.L'association a finalement conclu un accord à l'amiable, présenté comme "unique en Europe", qui évite un long procès à Ryanair."Pour nous c'est une grande première en Europe", a déclaré à l'AFP Jean-Philippe Ducart, un porte-parole de Test-Achats, assurant qu'une procédure similaire engagée contre Ryanair en Espagne était encore pendante devant un tribunal. Ces indemnisations pourraient coûter au transporteur "entre 8 et 13 millions d'euros", a ajouté le porte-parole.Concrètement, Ryanair propose aux voyageurs lésés des avoirs d'une valeur de 250 à 400 euros (en fonction du préjudice subi) et cela concerne potentiellement "33.000 dossiers", selon M. Ducart. Le coût final pour la compagnie dépendra du nombre effectif de remboursements exigés.Ce "bon à valoir" pourra être encaissé par le bénéficiaire au bout d'un an s'il n'a pas été utilisé pour un vol, a précisé Test-Achats. Des remboursements de frais liés aux désagréments subis (hôtel, location de voiture) sont également possibles.En 2018, en particulier fin septembre sur l'espace de plusieurs jours, des centaines de vols Ryanair en Europe (Espagne, Italie, Belgique, etc.) avaient été retardés ou annulés en raison d'une grève des personnels de cabine réclamant de meilleures conditions de travail.Dans certains cas, comme en Allemagne, des syndicats de pilotes s'étaient joints au mouvement.En Belgique, ce mouvement s'ajoutait à plusieurs actions de protestation déjà menées fin juillet et début août, ayant affecté les vols au départ et à l'arrivée de l'aéroport de Charleroi (sud), un des principaux hubs de Ryanair en Europe.L'accord avec Test-Achats vise à réparer les préjudices subis pour "172 vols" annulés, a précisé l'agence de presse Belga.Une plainte en nom collectif déposée par l'association devant le tribunal de l'entreprise de Bruxelles avait été jugée recevable en décembre 2020, et des contraintes avaient alors été imposées à Ryanair pour respecter les droits des plaignants. Cela a incité le transporteur à accepter d'entamer une négociation au printemps 2021, selon M. Ducart.