Earth. Rope. Pot. Plant. Derrière ce nom, se cache depuis plusieurs années un duo créatif composé de la make-up artist Sigrid Volders et de la créatrice de mode Narelle Dore. Ensemble, elles éditent des cache-pots à suspendre, en macramé. Mais pas que. Elles ont aussi installé un jardin dans un centre artistique ainsi que dans plusieurs concept stores et ont dernièrement édité un livre qui inspirera les botanistes en herbe : on y trouve des recettes de cocktails et de plats, bien sûr, mais aussi de la musique imaginée... pour les plantes. L'été dernier, elles ont effectué un circuit à travers l'Italie, accompagnées de la photographe Mieke Verbijlen. " Les promenades en pleine nature ont toujours été essentielles pour nous, explique Sigrid Volders. J'aime être entourée de plantes et de fleurs, que je ne me lasse pas d'admirer. Lorsque j'ai acheté un parfum floral baptisé Hanbury, j'ai cherché l'origine de ce nom et découvert que c'était celui d'un jardin italien. Entre-temps, Narelle avait déménagé à Florence pour y enseigner à Polimoda, une école de mode. Des amis originaires de son pays d'adoption lui avaient vanté la beauté des parcs locaux, ce qui nous a donné envie d'y effectuer un voyage d'une semaine l'été dernier. Non p...

Earth. Rope. Pot. Plant. Derrière ce nom, se cache depuis plusieurs années un duo créatif composé de la make-up artist Sigrid Volders et de la créatrice de mode Narelle Dore. Ensemble, elles éditent des cache-pots à suspendre, en macramé. Mais pas que. Elles ont aussi installé un jardin dans un centre artistique ainsi que dans plusieurs concept stores et ont dernièrement édité un livre qui inspirera les botanistes en herbe : on y trouve des recettes de cocktails et de plats, bien sûr, mais aussi de la musique imaginée... pour les plantes. L'été dernier, elles ont effectué un circuit à travers l'Italie, accompagnées de la photographe Mieke Verbijlen. " Les promenades en pleine nature ont toujours été essentielles pour nous, explique Sigrid Volders. J'aime être entourée de plantes et de fleurs, que je ne me lasse pas d'admirer. Lorsque j'ai acheté un parfum floral baptisé Hanbury, j'ai cherché l'origine de ce nom et découvert que c'était celui d'un jardin italien. Entre-temps, Narelle avait déménagé à Florence pour y enseigner à Polimoda, une école de mode. Des amis originaires de son pays d'adoption lui avaient vanté la beauté des parcs locaux, ce qui nous a donné envie d'y effectuer un voyage d'une semaine l'été dernier. Non pas pour visiter des espaces verts classiques, mais bien pour découvrir des lieux sauvages et exotiques. " A une heure de route au sud de Rome, Sigrid et Narelle ont arpenté le somptueux Jardin de Ninfa. " Des amis italiens nous l'avaient conseillé car il est très différent des espaces classiques, jalonnés de sculptures antiques. De plus, il n'entoure pas une villa mais se trouve au milieu des ruines du village moyenâgeux de Ninfa. " De style anglais, il a été conçu en 1921 par le Prince Gelasio Caetani, un propriétaire minier qui fut ensuite ambassadeur des Etats-Unis sous Mussolini. " La rivière Ninfa et ses nombreux canaux d'irrigation créent une atmosphère magique et pittoresque. Le jardin clos est romantique à souhait. Il abrite de très jolis coins mais aussi des renfoncements plus sombres. " Le grand parc, d'une superficie de 105 hectares, se découvre d'avril à novembre mais les visites se font uniquement en groupe et en compagnie d'un guide, le nombre de participants à chaque session étant limité. www.fondazionecaetani.orgCe jardin botanique qui entoure les ruines d'un palais moyenâgeux est situé sur le Cap Mortola et a été imaginé par le Britannique Thomas Hanbury à la fin du XIXe siècle. Même si les étés méditerranéens sont plutôt secs, le jardin se visite tout au long de l'année. On le découvre alors parfois foisonnant, parfois plus aride. " Ne contrariez jamais la nature " : telle était la devise de Thomas Hanbury qui fit appel à des amis scientifiques, à des botanistes et à son frère Daniel, pharmacien, lorsqu'il dessina les plans de cet espace végétal. " Nous avons passé près de quatre heures dans ce domaine de dix-huit hectares. Les parfums qui l'embaument sont divins et le nombre de plantes grasses y est impressionnant. Situé entre la mer et les montagnes, il bénéficie d'un micro-climat et d'une multitude de vues imprenables. Le mois d'avril est cependant le meilleur moment pour le découvrir dans sa version fleurie. " www.giardinihanbury.com La Villa Boccanegra se situe à quelques kilomètres de la frontière française et est entourée d'un jardin privé luxuriant, qui doit sa beauté aux talents pour la taille dont ont fait preuve les propriétaires qui s'y sont succédé depuis 1554. L'un d'entre eux était le député Giuseppe Biancheri, ami de Thomas Hanbury avec lequel il a construit le grand mur de roses. La structure du jardin, avec ses sentiers sinueux, a quant à elle été dessinée au début du XXe siècle par Ellen Willmott. " Mes plantes et mes jardins sont tout pour moi, écrivait à l'époque l'horticultrice britannique. Je passe tout mon temps à y travailler. Et lorsqu'il fait trop sombre pour continuer, je lis ou j'écris sur ceux-ci. " Aujourd'hui, son travail se perpétue grâce aux mains de fée d'Ursula Piacenza, qui a reçu Sigrid et Narelle à bras ouverts. " Pendant une heure, elle nous a guidées avec son chien à travers son jardin sauvage, raconte la make-up artist. Elle nous a expliqué que l'entretien d'un tel espace consiste surtout à en enlever les feuilles mortes. Les sentiers qui longent le profond ravin sont sauvages et les agaves en fleurs m'ont subjuguée. Ces fleurs doivent faire une vingtaine de mètres de hauteur. Le mur végétal, constitué de plantes grasses, était également magnifique. Le fait qu'il soit exposé au soleil rend les plantes joliment rosées. Je n'avais encore jamais vu cela avant. " www.italianbotanicalheritage.comar Leen Creve - Photos : Mieke Verbijlen