Il s'agit d'une recommandation faite à l'issue d'un conseil des ministres consacré aux mesures liées à la pandémie liée au coronavirus et adressée aux 16 États régionaux qui, fédéralisme oblige, prennent la décision en dernier ressort. Elle doit entrer en vigueur le 10 avril, selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur, et concerner les Allemands et les ressortissants d'un État de l'Union européenne alors que l'UE a fermé ses frontières extérieures.

L'Allemagne impose déjà depuis le 16 mars des contrôles drastiques à ses frontières terrestres avec la France, l'Autriche, la Suisse, le Luxembourg et le Danemark pour tenter de limiter la propagation du Covid-19. Selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur, 70.000 personnes ont ainsi été refoulées aux frontières depuis la mise en place de cette mesure.

Au cours des 20 derniers jours, elle a aussi procédé au rapatriement de 220.000 Allemands qui se trouvaient à l'étranger au moment où la pandémie, qui a fait dans le pays plus de 1.400 morts, s'est abattue sur l'Europe.

La mise en quarantaine des voyageurs pourrait toutefois susciter des mécontentements dans certaines régions frontalières comme le Mecklembourg-Poméranie antérieure (est) où de nombreux médecins polonais travaillent dans les hôpitaux de la région.

La frontière belgo-allemande reste ouverte

La frontière entre le Land allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie et la Belgique et les Pays-Bas ne fera pas l'objet de contrôles, a indiqué lundi son président Armin Laschet, au vu de ce qu'a décidé Berlin.

M. Laschet est satisfait de cette décision. L'Euregio vit du fait que les gens puissent traverser les frontières, a-t-il réagi

Il s'agit d'une recommandation faite à l'issue d'un conseil des ministres consacré aux mesures liées à la pandémie liée au coronavirus et adressée aux 16 États régionaux qui, fédéralisme oblige, prennent la décision en dernier ressort. Elle doit entrer en vigueur le 10 avril, selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur, et concerner les Allemands et les ressortissants d'un État de l'Union européenne alors que l'UE a fermé ses frontières extérieures.L'Allemagne impose déjà depuis le 16 mars des contrôles drastiques à ses frontières terrestres avec la France, l'Autriche, la Suisse, le Luxembourg et le Danemark pour tenter de limiter la propagation du Covid-19. Selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur, 70.000 personnes ont ainsi été refoulées aux frontières depuis la mise en place de cette mesure.Au cours des 20 derniers jours, elle a aussi procédé au rapatriement de 220.000 Allemands qui se trouvaient à l'étranger au moment où la pandémie, qui a fait dans le pays plus de 1.400 morts, s'est abattue sur l'Europe.La mise en quarantaine des voyageurs pourrait toutefois susciter des mécontentements dans certaines régions frontalières comme le Mecklembourg-Poméranie antérieure (est) où de nombreux médecins polonais travaillent dans les hôpitaux de la région.La frontière entre le Land allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie et la Belgique et les Pays-Bas ne fera pas l'objet de contrôles, a indiqué lundi son président Armin Laschet, au vu de ce qu'a décidé Berlin. M. Laschet est satisfait de cette décision. L'Euregio vit du fait que les gens puissent traverser les frontières, a-t-il réagi