Les Affaires étrangères ont annoncé mercredi soir que toute l'Espagne passerait en zone rouge, à l'exception de Tenerife, et ce à partir de ce vendredi 4 septembre dès 16 heures. Un avis qui ne s'applique qu'aux voyages non-essentiels, comme les voyages touristiques. Seuls six pays sont désormais accessibles aux Belges sans conditions. Une situation qui inquiète de nombreux voyageurs belges présents sur place ou qui comptaient s'y rendre dans les jours qui viennent, selon Test Achats. "Quid de leurs droits dans une situation de force majeure comme celle-ci? ", s'interroge l'organisation, qui demande que le gouvernement vienne en aide aux personnes affectées par ces "changements abrupts". "La question est donc ouverte de savoir ce que le ministère des affaires étrangères mais aussi l'ensemble du gouvernement sont prêts à faire pour aider ces personnes, en concertation notamment avec Test Achats", souligne l'organisation.

"Le passage en zone rouge de l'ensemble de différents pays comme hier pour l'Espagne se fait généralement de manière très brutale et imprévisible pour les milliers de consommateurs prêts à partir. Test Achats comprend que les mesures évoluent avec la pandémie mais les autorités doivent aussi comprendre qu'il y ait un certain nombre de conséquences pratiques, économiques et financières liées à ces décisions pour le moins brutales. Test Achats s'interroge donc sur l'action du gouvernement en la matière vu l'absence de toute mesure d'accompagnement puisque personne ne vient en aide aux personnes concernées", indique Jean-Philippe Ducart, porte-parole et Manager Public Affairs & Media Relations chez Test Achats.

2000 touristes belges rapatriés par TUI

Tui compte en Espagne environ 6.600 touristes belges, dont 2.000 ont réservé un forfait et 4.600 n'ont acheté que leur billet d'avion via le tour-opérateur. Ce dernier entame dès jeudi, et jusqu'au 10 septembre, leur rapatriement. "Tous les vols se dérouleront comme prévu, tout le monde pourra rentrer dans la semaine à venir", précise un porte-parole. En tant que tour-opérateur, Tui est responsable du rapatriement de tous ses clients ayant réservé un voyage forfaitaire. Ceux dont le périple devait se terminer après le 10 septembre "devront interrompre leurs vacances. Nous cherchons une place sur tous les vols prévus pour les ramener en Belgique".

Tui offre aussi la possibilité aux clients qui n'avaient réservé que leur billet d'avion par son entremise de s'installer à bord des vols déjà prévus, jusqu'au 10 septembre. Il reste des places libres. Ces vacanciers doivent contacter eux-mêmes la compagnie aérienne.

Dès le 11 septembre, et au moins jusqu'au 22 septembre, Tui ne reliera plus l'Espagne, sauf à destination d'Alicante et Malaga, qui conserveront trois vols hebdomadaires. La suite dépendra des avis de voyage des Affaires étrangères.

Plus que six pays sur la liste verte des Affaires étrangères

Il n'est désormais plus possible de voyager que dans six pays sans conditions, selon le site des Affaires étrangères. L'Autriche, la Bulgarie, la France, l'Italie, la Pologne et le Portugal sont désormais les seuls pays figurant sur la liste verte du service public fédéral mise à jour mercredi sur son site. L'avis ne s'applique qu'aux voyages non-essentiels.

Les périples sont également possibles dans d'autres pays, mais sous conditions, telles que la mise sous quarantaine ou le test obligatoire: Allemagne, Chypre, Estonie, Grèce, Irlande, Islande, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Monaco, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie et Suisse.

Il est enfin interdit de se rendre à Andorre, dans les provinces croates de Split-Dalmatie, de Brod-Posavina (à partir du 04/09 à 16h00), de Zadar (à partir du 04/09 à 16h00) et de ¦ibenik-Knin, au Danemark et dans plusieurs régions d'Espagne. Toutefois à partir du 4 septembre à 16h00, toute l'Espagne sera en zone rouge, à l'exception de Ténérife. Les voyages ne sont pas non plus autorisés en Finlande, en Hongrie, en Roumanie, à Aberdeen (GB), à Paris ainsi que dans plusieurs départements français.

Les Affaires étrangères ont annoncé mercredi soir que toute l'Espagne passerait en zone rouge, à l'exception de Tenerife, et ce à partir de ce vendredi 4 septembre dès 16 heures. Un avis qui ne s'applique qu'aux voyages non-essentiels, comme les voyages touristiques. Seuls six pays sont désormais accessibles aux Belges sans conditions. Une situation qui inquiète de nombreux voyageurs belges présents sur place ou qui comptaient s'y rendre dans les jours qui viennent, selon Test Achats. "Quid de leurs droits dans une situation de force majeure comme celle-ci? ", s'interroge l'organisation, qui demande que le gouvernement vienne en aide aux personnes affectées par ces "changements abrupts". "La question est donc ouverte de savoir ce que le ministère des affaires étrangères mais aussi l'ensemble du gouvernement sont prêts à faire pour aider ces personnes, en concertation notamment avec Test Achats", souligne l'organisation. "Le passage en zone rouge de l'ensemble de différents pays comme hier pour l'Espagne se fait généralement de manière très brutale et imprévisible pour les milliers de consommateurs prêts à partir. Test Achats comprend que les mesures évoluent avec la pandémie mais les autorités doivent aussi comprendre qu'il y ait un certain nombre de conséquences pratiques, économiques et financières liées à ces décisions pour le moins brutales. Test Achats s'interroge donc sur l'action du gouvernement en la matière vu l'absence de toute mesure d'accompagnement puisque personne ne vient en aide aux personnes concernées", indique Jean-Philippe Ducart, porte-parole et Manager Public Affairs & Media Relations chez Test Achats.Tui compte en Espagne environ 6.600 touristes belges, dont 2.000 ont réservé un forfait et 4.600 n'ont acheté que leur billet d'avion via le tour-opérateur. Ce dernier entame dès jeudi, et jusqu'au 10 septembre, leur rapatriement. "Tous les vols se dérouleront comme prévu, tout le monde pourra rentrer dans la semaine à venir", précise un porte-parole. En tant que tour-opérateur, Tui est responsable du rapatriement de tous ses clients ayant réservé un voyage forfaitaire. Ceux dont le périple devait se terminer après le 10 septembre "devront interrompre leurs vacances. Nous cherchons une place sur tous les vols prévus pour les ramener en Belgique". Tui offre aussi la possibilité aux clients qui n'avaient réservé que leur billet d'avion par son entremise de s'installer à bord des vols déjà prévus, jusqu'au 10 septembre. Il reste des places libres. Ces vacanciers doivent contacter eux-mêmes la compagnie aérienne. Dès le 11 septembre, et au moins jusqu'au 22 septembre, Tui ne reliera plus l'Espagne, sauf à destination d'Alicante et Malaga, qui conserveront trois vols hebdomadaires. La suite dépendra des avis de voyage des Affaires étrangères.