M. Servant "a été choisi par le conseil d'administration du Negresco pour son expérience mais aussi pour ses qualités humaines et sa capacité à perpétuer l'esprit de Madame Augier", a annoncé l'hôtel dans un communiqué, en précisant qu'il prendrait ses fonctions de directeur à partir du 24 octobre.

Passé par le groupe Lucien Barrière, avec une ouverture sur le luxe et la clientèle internationale, M. Servant a rejoint le groupe suédois Rezidor en 2005 comme directeur adjoint du Radisson Blu à Nice, un quatre étoiles situé sur la Promenade des Anglais à 2 kilomètres du Negresco, avant d'en devenir directeur général l'année suivante. Il supervisait aussi le Radisson Blu de Cannes, confié en gestion à la chaîne.

Pierre Bord, 65 ans, a précisé à l'AFP vouloir "prendre sa retraite et quitter les opérations" pour se consacrer davantage à sa vie personnelle : "Il est temps de mettre une autre énergie (au Negresco)". Il était directeur général depuis 2011.

Sans descendant, Mme Augier est décédée à 95 ans. Affaiblie, elle était sous tutelle depuis 2013 et l'hôtel sous administration judiciaire.

"La succession est en cours, l'hôtel reste sous administration judiciaire", a précisé M. Bord.

Sous administration judiciaire depuis 2013, l'hôtel est au coeur de multiples procédures. Au pénal, Pierre Couette, un jeune administrateur historien de l'art que Mme Augier avait missionné pour inventaire, est depuis 2016 sous le coup d'une mise en examen pour abus de faiblesse.

Au plan de la gestion, le parquet de Nice a engagé une requête en 2017 pour mettre un terme à l'administration judiciaire, une intervention vécue comme une pré-vente déguisée par la direction et les salariés qui ont fait dessaisir le tribunal de commerce de Nice, au profit de celui de Marseille

Le parquet national financier a également ouvert une enquête qui a valu au procureur de Nice une perquisition fin 2018. Selon Le Parisien, les enquêteurs cherchent notamment à savoir si Jean-Michel Prêtre aurait pu, en saisissant le tribunal de commerce en 2017, avoir outrepassé ses pouvoirs voire favorisé un candidat repreneur. M. Bord précise avoir été entendu comme témoin.

Une enquête supplémentaire à l'initiative de l'Inspection générale des services a aussi été enclenchée, visant le tribunal de commerce niçois dans son ensemble, selon Le Monde.