Durant cinq jours, les festivaliers seront ainsi immergés dans la culture de la région des Balkans grâce à une programmation "affranchie des préjugés" et où les "genres sont décloisonnés", annoncent mardi par communiqué les organisateurs. Pour la première fois, l'événement investira deux espaces: le palais des Beaux Arts et la salle de concerts flamande VK située à Molenbeek. D'un point de vue musical, une flopée d'artistes balayant les styles seront au rendez-vous de ce festival précurseur de tendances. La soirée du 26 avril sera ainsi rythmée par une scène 100% musiques urbaines, avec notamment le groupe électro-hip hop Subcarpati, un DJ set de Tagada et Robert Soko en compagnie du trompettiste serbe Marko Markovic.

Le jeudi 25 et le samedi 27 avril seront quant à eux placés sous le signe de l'héritage des Balkans avec plusieurs happenings prévus au Palais des Beaux-Arts dont Marko Markovic Brass Band et Boban Markovic en têtes d'affiche. Le cinéma, le théâtre et la littérature ne seront pas en reste. Une sélection de films de la section "Dealing with the Past" du festival du film de Sarajevo sera proposée dans le but de "favoriser le dialogue et de promouvoir la paix dans une région encore très touchée par la guerre des Balkans". La pièce de théâtre "Exit" sera par ailleurs présentée le 24 avril tandis que le public pourra rencontrer d'émergents écrivains d'ex-Yougoslavie le 24 avril. Le dimanche 28 avril, la Grand-Place accueillera la 8e édition du Giant Horo, une danse traditionnelle collective des Balkans. Par ailleurs, durant toute la durée du festival, une grande fresque sera réalisée dans le centre de Bruxelles par Rikardo, l'artiste en résidence, comme l'avait fait en 2018 l'artiste bulgare Bozko, sur un bâtiment du quai au Bois de construction à Bruxelles. La fresque a depuis été intégrée dans le parcours Street Art de la Ville de Bruxelles.