Cette arche immense en forme de "M" aux jambes asymétriques, de 37 m de haut, 120 m de long et 18.000 m2 de surfaces, dont le socle se compose de gradins et de rampes, occupe la place d'anciens abattoirs près de la Garonne, au sud de la métropole girondine, l'un des centres de développement de cette ville qui ne cesse de grandir.

La Maison de l'Economie Créative et culturelle en Nouvelle-Aquitaine, qui sera inaugurée vendredi, réunit les agences culturelles, jusque là dispersées, de l'institution régionale dédiées au livre, l'audiovisuel, le spectacle vivant ainsi que la collection du Fonds régional d'Art contemporain (FRAC).

. © AFP
. © AFP

Le bâtiment, signé de l'architecte danois Bjarke Ingels (agence BIG), est recouvert de 4800 panneaux de béton dont la couleur sable, au soleil, peut rappeler la teinte miel de la pierre de Bordeaux, souligne à l'AFP Frédéric Vilcocq, en charge du projet pour la Région.

A l'intérieur, la MECA abritera entre autres la "plus grande scène de la région", modulable, de 360m2 et dont la hauteur de 20 m permet des spectacles de cirque, un studio de danse, une salle de projection numérique de 80 places, des espaces d'accueil de scolaires, salles de conférences, etc.

. © AFP
. © AFP
. © AFP

Un Jeff Koons au FRAC

La MECA "se veut un lieu ouvert à tous mais en majorité destiné aux artistes en création", affirme M. Vilcocq qui précise que quelque 35 résidences d'artistes sont attendues chaque année.

Le FRAC néo-aquitain, qui s'enorgueillit de détenir un Jeff Koons -- "le seul que possède une collection publique française", selon M. Vilcocq -- aura à sa disposition 1200 m2 d'espaces d'expositions et 900 m2 pour ses réserves. Il ouvrira avec "Il est une fois dans l'Ouest", un accrochage dédié à la scène artistique de l'ouest de la France.

. © AFP
. © AFP
. © AFP
. © AFP
. © AFP

Symboliquement, le bâtiment fait le lien entre le Bordeaux longtemps populaire où il s'est installé et le Bordeaux bourgeois que l'on peut admirer depuis plusieurs points de vue du bâtiment.

La Ville qui cherche à diversifier depuis plusieurs années une politique culturelle jugée autrefois par certains trop classique, salue l'arrivée de ce nouvel équipement. "C'est une très bonne nouvelle pour Bordeaux et sa région", insiste d'ailleurs Fabien Robert, premier adjoint MoDem du maire LR Nicolas Florian.

Pour l'élu, également chargé de la culture, ce bâtiment "sublime" vient "compléter et enrichir le paysage" existant, sorte de pendant au CAPC (Musée d'art contemporain) municipal en centre-ville.

Plus sceptique, le monde culturel régional "demande à voir", en terme de répercussions financières et de politique régionale, comme l'affirme un de ses observateurs avertis, Eric Chevance, ancien directeur de théâtres bordelais. La MECA "va répondre à des besoins" en termes d'espaces de travail, concède-t-il, mais sans pouvoir "répondre à tous". "Mais si elle dynamise la vie artistique dans notre région, c'est bien",

. © AFP

Réalisée en deux ans et demi, la MECA a coûté 60 millions d'euros, financés par la région à 94% et par le ministère de la Culture.

C'est une "nouvelle coopérative culturelle et artistique, un lieu de résidence et de travail. Tout le monde y trouvera son compte, artistes et public", assure le président PS de la Région Alain Rousset, heureux de "présenter ce signe architectural" sur la Garonne.

Et cette "base arrière" pour artistes à vocation de diffusion régionale, ne fera pas souffrir un montant "sanctuarisé" des aides aux compagnies régionales, assure-t-il.